Gouvernance budgétaire et financière : Six communes rurales de la région du Centre outillées 

Ouagadougou, (AIB)-Les élus locaux et les
représentants des populations des six communes rurales de la région du Centre, ont bénéficié d’un renforcement de leurs capacités, en gouvernance budgétaire et financière, le samedi 22 juin 2019 à Ouagadougou.

Les élus locaux des communes rurales de Komki-Ipala, de Komsilga, de Koubri, de Pabré, de Saaba et de Tanghin-Dassouri et les représentants des populations, peuvent mieux jouer leurs rôles de veille et de contrôle budgétaire et financière.

Cela a été possible grâce à une formation dispensée le samedi 22 juin 2019 à la maison de la femme de Ouagadougou par l’Association des amis des élus du Plateau central (AAEPC), en partenariat avec le Programme d’Appui aux collectivités territoriales (PACT) et l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF).

Selon le directeur exécutif de l’AAEPC, Jean Patrice Toé, cette formation vise à soutenir les acteurs de la gouvernance locale y compris les élus locaux (conseillers municipaux) et les représentants des populations locales afin de développer des pratiques solides de reddition de compte et de transparence dans le fonctionnement des conseils municipaux.

Les modules abordés au cours de cette formation portent entre autres, sur la définition des institutions liées à la décentralisation, la définition du budget, les documents budgétaires communaux et les principes qui les gouvernent.

Les participants ont également accru leurs connaissances sur le processus d’élaboration, d’exécution et de contrôle du budget.

Enfin, ils se sont planchés sur le rôle que doivent jouer les citoyens pour une gouvernance vertueuse des collectivités territoriales.

La coordonnatrice des organisations féminines de la commune de Tanghin Dassouri, Noellie Tiendrébéogo s’est réjouie car cette formation lui a permis d’apprendre beaucoup de choses sur la décentralisation ainsi que sur l’élaboration des budgets communaux et de son suivi.

«Malgré la désunion au sein des populations liée à la politique, toutes les composantes des communes locales, les leaders religieux et coutumiers doivent s’unir pour une  émergence réelle des communes», a-t-elle conseillé.

Jean Patrice Toé a affiché sa satisfaction quant à la confiance placée en sa structure par les partenaires pour l’exécution de la composante C du PACT, portant sur «le renforcement de la surveillance par les conseils locaux et la communauté de la performance des conseils de collectivité».

Agence d’information du Burkina

adi-rz/ata

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here