''Le terrorisme moderne est surtout médiatique.''

Burkina-Médias-Forum-Terrorisme

Burkina : Il faut éviter que les terroristes se servent des médias comme ‘’prolongement de la terreur’’ (Resp)

Ouagadougou, 19 juin 2019 (AIB)-«Il faut éviter que les terroristes se servent de la communication comme prolongement de la terreur», a exhorté le DG des Editions Sidwaya (presse publique) Mahamadi Tiégna,  à l’orée d’un forum international consacré aux médias et à la sécurité.

«Il faut dire que le ‘’terrorisme moderne’’, si on peut le dire ainsi, est surtout médiatique. (…) L’entreprise terroriste exploite à fond cette dynamique en agissant pour attirer autant que possible l’attention du monde», a affirmé le Directeur général des Editions Sidwaya (presse publique) Mahamadi Tiégna, dans une interview publiée mercredi par le site d’information lefaso.net.

M. Tiégna faisait le point des préparatifs du forum de haut-niveau du Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO), sur le rôle des médias dans la lutte contre le terrorisme, prévu jeudi et vendredi à Ouagadougou.

Selon le SG du GEPPAO, «Le public a bien le droit de savoir sur toute question d’intérêt général, actes et menaces terroristes ainsi que toutes les réponses données par les Etats et les organisations internationales. (Mais) Fondamentalement, il ne faut pas que les terroristes se servent de la communication comme prolongement de la terreur».

C’est pourquoi, de l’avis de Mahamadi Tiégna, «certains médias ont décidé librement, sans que la loi ne les enjoigne, de ne pas relayer les images et vidéos de propagande des organisations à but terroriste».

En rappel, le GEPPAO a été crée en 2014 à Abidjan lors d’une assemblée constitutive où la présidence, le secrétariat général et la trésorerie sont respectivement revenus à la Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Niger.

L’organisation saisira le rendez-vous de Ouagadougou pour combler les postes vacants.

Mahamadi Tiégna a précisé que le forum du GEPPAO est ouvert à tous et que les organisateurs attendent aussi les contributions des médias privés.

Agence d’information du Burkina

ata/ak

Lire l’interview en intégralité sur lefaso.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here