Loroum/Promotion de la Paix et de la cohésion sociale : Le projet REDIRE outille les leaders d’opinion

Titao, (AIB)-Du 10 au 11 juin 2019 s’est tenu à Titao un atelier de formation sur la paix et la cohésion sociale au profit de trente-quatre acteurs issus des responsables administratifs et élus locaux, des leaders religieux et coutumiers, des forces de défense et de sécurité et des médias sur les thématiques du dialogue social en lien avec la cohésion sociale.

Des appels à la paix et la cohésion sociale prononcés par des leaders coutumiers et religieux, des autorités administratives, des élus locaux et représentants des médias, c’est par ces voix modérées qu’a pris fin l’atelier de formation sur la paix et la cohésion sociale initiée par le projet REDIRE.

Ce projet porté par un consortium d’associations que sont EDUCO, leader du consortium de mise en œuvre, l’Association Tabital Lobal, le Centre Diocésain de Communication (CDC) et Christian Children Fund of Canada (CCFC) vise à renforcer le dialogue social et religieux au sein des communautés du Nord et du Centre-Nord.

Il s’inscrit dans une logique de réponse des humanitaires à un contexte national post-insurrection marqué par des remous sociaux et politiques et des menaces sécuritaires qui mettent à rude épreuve le vivre-ensemble.

D’une durée de 30 mois, ce projet financé par l’Union Européenne, contribuera à renforcer la paix et la cohésion sociale, à entendre le chef de projet, M. Boureima Soré.

Pour M. Soré, même s’il n’est pas possible d’éviter les conflits, il est nécessaire d’essayer de les résoudre de la manière la plus positive et constructive possible. C‘est pourquoi, selon lui il est nécessaire d’outiller les acteurs, leur offrir des rudiments solides pour qu’ils puissent s’impliquer dans leur résolution.

Les modules de formation ont permis d’aborder entre autres des généralités sur la prévention et la gestion des conflits, d’analyser les conflits et les modes de résolution des conflits, des notions de paix et de cohésion sociale, la promotion de la paix et du vivre-ensemble.

Cet atelier a permis également aux participants de se rendre compte des mesures prises par l’Etat pour garantir la paix et la cohésion sociale.

A l’ouverture de la session de formation, le secrétaire général de la province du Loroum, M. Bassouleymane Ouattara, s’est réjoui de cette initiative.

Il a invité les différents acteurs à une réelle implication dans la résolution des crises, toute chose qui permettra au Burkina Faso de mieux atteindre ses objectifs de développement.

Le projet REDIRE intervient dans 32 communes des régions du Nord et du Centre Nord.

Il dispose à cet effet d’une équipe projet composé d’un chef de projet, des superviseurs et facilitateurs chargé de promouvoir le dialogue social dans sa zone d’intervention.

Et pour réussir cette, il compte s’appuyer sur l’expertise locale et des mécanismes endogènes de prévention et de gestion des conflits.

Agence d’information du Burkina

aso/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here