Burkina : Le Pr Salaka Sanou invite les Burkinabè à puiser dans leurs communautés pour  bâtir leur vivre-ensemble

Ouagadougou, 14 Juin 2019 (AIB)-Dans une interview accordée au quotidien Sidwaya et publiée ce vendredi, le Pr Salaka Sanou invite les Burkinabè à bâtir leur vivre-ensemble, à partir du socle de leurs communautés.

Selon lui, ce socle existe et il en veut pour preuve l’initiation qui existe dans la plupart des communautés burkinabè à savoir «chez les Moose, les Gourmantché, les Bwaba, les Bobo et les Nuni».

«Si nous cherchons à savoir les fondements de l’initiation pour voir les valeurs qui y sont véhiculées et nous fonder sur cela, on a un socle important pour le développement» a-t-il expliqué.

S’appuyant sur une communication datant de 1999, de l’un de ses collègues de l’université Joseph KI-ZERBO, à savoir le Pr Louis Millogo, qui a porté sur la «typologie des initiations au Burkina Faso», le Pr Salaka Sanou a rappelé  que «l’initiation partout où elle existe, est fondée sur un certain nombre de valeurs qui sont partagées».

«Ce qu’on enseigne à l’initié bobo, c’est ce qui est enseigné à l’initié bwaba, gourmantché, etc. Et là déjà, il y a des éléments qui fondent notre vivre-ensemble» a-t-il affirmé.

Le Pr Sanou en veut pour preuve, une expérience qu’il a vécu en 1992 au cours d’une sortie de masques appelée la descente au marigot à Zawara en pays nuni.

«Le masque avant de rentrer dans la cour a tourné le dos et est rentré de dos. (…) cela m’a rassuré parce que chez les Bobo, le masque ne rentre jamais de face dans une maison ou dans un endroit clôturé» a-t-il affirmé.

Cet acte, selon lui, prouve qu’il existe «de petites choses comme cela qui montrent qu’il y a quelque chose de commun» entre les communautés burkinabè et qui doivent interpeller les chercheurs.

«Il faut que le chercheur puisse découvrir ce qui constitue notre unité afin de construire notre développement sur cette base au lieu de faire du saupoudrage en partant des critères que les autres nous ont imposés et qui deviennent la référence universelle» a-t-il déclaré.

Agence d’Information du Burkina

Wis /ata

Lire l’interview intégrale dans Sidwaya

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here