Burkina-Université-Etudiants-Protestation

Burkina : des étudiants dénoncent une violente répression policière à l’université de Dori

Ouagadougou, 14 juin 2019 (AIB)-L’Union générale des étudiants du Burkina (UGEB) a fait cas vendredi, d’une violente répression policière le 06 juin à l’université de Dori (Nord), au cours de laquelle, selon l’UGEB, cinq étudiants ont été blessés et une vingtaine d’autres brièvement interpellés.

«Le comité exécutif de l’UGEB et le comité d’initiative de Dori dénoncent et condamnent l’intervention musclée des Forces dites de l’ordre sur le territoire du centre universitaire polytechnique de Dori (CUPD) », a déclaré le président de l’Union générale des étudiants du Burkina (UGEB) Ismaël Traoré, vendredi, lors d’une conférence de presse.

M. Traoré faisait allusion à une descente policière le 06 juin 2019 au CUPD, à la suite d’un désaccord né du refus de l’administration de reporter deux évaluations, à la demande d’un groupe d’étudiants.

«Cette barbarie d’une autre époque fera au total cinq blessés dus aux bastonnades et autres sévices corporels et une vingtaine d’étudiants interpellés, bastonnés puis relâchés par la suite», a décrit Ismaël Traoré.

M. Traoré a aussi accusé la police d’avoir ‘’enlevé’’ le mardi 11 juin en leurs domiciles et sans mandats, deux étudiants qui passeront 24h au commissariat central de police de Dori.

Il a longuement mis en cause le chargé de mission du CUPD Ibrahim Ly, «un véritable antidémocrate» qui selon lui,  a ‘’superviser la violence inouïe» contre les 215 étudiants restés dehors, pendant que 14 autres acceptaient de composer.

Ismaël Traoré a exigé  la reprise sans conditions de l’évaluation du jeudi 06 juin 2019 et a tenu Ibrahim Ly et toute l’administration du CUPD, «responsables de la dégradation du climat social».

Agence d’information du Burkina

ad-ata/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here