Burkina-Religion-Ramadan-Célébration

Ramadan 2019 : les musulmans prient pour la cohésion sociale au Burkina

Ouagadougou, 4 juin 2019 (AIB) – Les fidèles musulmans du Burkina Faso ont célébré mardi, la fête de l’Aïd El Fitr communément appelée Ramadan, au cours de laquelle, ils ont prié pour la cohésion sociale qui constitue  le socle de développement du pays.

Commentant le sermon de l’Iman El Hadj Mohamadi Tiemtoré, le vice- président de la Communauté musulmane du Burkina Faso (CMBF), El Hadj Hatimi Démé, le pays des Hommes intègres a été ébranlé ces dernières années par la recrudescence des attaques terroristes dans son ensemble.

Pour lui, les musulmans ont prié pour la cohésion sociale qui constitue un facteur de paix et de développement du Burkina Faso.

En rappel, des terroristes ont attaqué  en mai dernier dans la région du Nord  des églises de Toulfé de Dablo et faisant au moins dix morts.

«L’affaire des musulmans doit être  l’affaire des chrétiens, l’affaire des chrétiens doit être aussi l’affaire des  musulmans, l’affaire des coutumiers doit être également des musulmans et tout le monde», a-t-il signalé.

El Hadj Hatimi Démé, a en outre expliqué que les Burkinabé parviendront à construire  une nation forte  et capable de relever le défi sécuritaire et du développement sur la base de l’union et de la tolérance.

La prière du ramadan 2019, déroulée  à la place de de la  Nation a connu la présence du Premier ministre, Christophe Marie Joseph Dabiré qui a appelé  les filles et les fils  du pays  à la solidarité et  à «l’union sacrée» en vue  de venir à bout du terrorisme  au Burkina Faso.

Le cardinal Philipe Ouédraogo ayant assisté à la prière de l’Aïd El Fitr 2019, dit être venu partager sa joie avec les musulmans et leur souhaiter bonne fête de ramadan.

Le cardinal Philipe Ouédraogo a affirmé que le message du Saint père (le pape) consiste à  promouvoir la fraternité humaine et universelle pour un vivre ensemble entre les hommes.

Il  a souligné que Dieu  souhaite que les hommes combattent les « murs de l’ignorance, de la haine et de l’incompréhension» afin de bâtir des «ponts d’amitié et  de tolérance» dans leur vie.

Le cardinal Ouédraogo a, enfin,  exhorté les êtres humains à construire une société de justice et de paix pour le bonheur de tous.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

Crédit photo: Burkina24.com

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here