Burkina-Sécurité-Police-Syndicats

Burkina: «L’ensemble des policiers vivent dans la désillusion la plus totale»(APN)

Ouagadougou, 31 mai 2019 (AIB) – L’Alliance de la Police nationale(APN) a affirmé vendredi, que tous les policiers burkinabè vivent dans une «désillusion la plus totale», face à une situation délétère qui prévaut au sein des syndicats et de l’institution.

«Le moral des policiers n’est pas seulement bas, il y a bientôt deux ans que le moral a disparu. En effet, pendant que les policiers  et l’ensemble des Burkinabé espèrent que le Directeur général(DG) de la police nationale élabore des stratégies pour sécuriser Ouagadougou et les 45 provinces, monsieur le directeur général est inexistant, inaudible, pire il se rabaisse à arbitrer des rixes  entre syndicat et œuvre à diviser les policiers», a déclaré le secrétaire général  adjoint de l’APN, Ousmane Ouédraogo.

M. Ouédraogo qui s’exprimait  vendredi à Ouagadougou, devant les journalistes avec un air «très remonté» a mentionné que «l’ensemble des policiers vivent dans la désillusion la plus totale».

D’ après lui, cette rencontre va permettre de dépeindre la situation délétère  qui existe entre l’APN et la police nationale.

A l’écouter, depuis la venue du nouveau DG  à la tête de la police nationale, aucun avantage ou  innovation n’a  été apporté en vue de soulager la souffrance des policiers.

Il a  précisé que les Burkinabé ne doivent pas s’étonner des postes de police abandonnés par les policiers à cause du manque de matériels adéquats et adaptés promis depuis des années qui n’ont jamais vu le jour.

La  deuxième personnalité de l’APN, a expliqué que le DG de la Police  ne dispose  pas  de mots pour galvaniser ses hommes.

«Malgré notre reconnaissance légale, le premier responsable de la Police œuvre à sanctionner et mépriser nos actions. Pour preuve une lettre de blâme a  été adressée à notre secrétaire général en raison de ses activités syndicales», a-t-il laissé entendre.

De son avis, l’actuel DG menace la liberté syndicale au Burkina Faso et a mis en garde la hiérarchie policière si toute fois des sanctions  venaient à être prises à l’endroit des syndicats.

Et d’ajouter que tout ce qu’il (DG  de la Police) peut faire c’est de sanctionner «arbitrairement», diviser les policiers et lire les oraisons funèbres de leurs camarades morts «courageusement» sur le champ de bataille contre les terroristes.

M. Ouédraogo a signifié que les policiers ont décidé désormais de prendre leur destin en main, en évitant leur pillage et    faire en sorte que l’autorité prenne ses responsabilités pour nommer des personnes compétentes qui font l’unanimité.

«Depuis l’adoption de la loi 027 portant statut du cadre de la police nationale, nous constatons une lenteur dans l’application de ladite loi», a-t-il ajouté.

Il a, par ailleurs, dénoncé le mépris du gouvernement face aux problèmes des policiers et a exhorté les décideurs politiques à prendre des mesures nécessaires le plus tôt possible afin d’éviter un climat délétère au sein de l’institution.

Agence d’information du Burkina

NO/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here