Burkina-Société-Environnement-Kua

Burkina/Kua : l’opposition condamne «fermement» les agressions contre des défenseurs d’une forêt

Ouagadougou, 27 mai 2019(AIB)- L’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition) a condamné lundi, avec fermeté l’agression des membres du «Mouvement pour la protection de la forêt de Kua(MPFK) », un regroupement d’organisations de la société civile opposé au déclassement partiel de ladite forêt pour construire un hôpital dans la ville de Bobo-Dioulasso.

«L’Union pour le progrès et le changement  condamne «fermement» ces actes de vandalisme et regrette que ces agissements «rétrogrades et anti-démocratiques soient soutenus par des chapelles politiques » tapis dans l’ombre», a déclaré lundi son deuxième vice-président Adama Sosso, lors d’un point de presse.

M. Sosso faisait allusion aux violences dont ont été victimes le député Moussa Zerbo (UPC) et ses camarades du Mouvement pour la protection de la forêt de Kua(MPFK), dimanche à Bobo-Dioulasso par des jeunes munis d’armes blanches.

En rappel, l’opinion nationale burkinabè est divisée à propos du déclassement partiel (16ha) de la forêt de Kua (351ha) pour construire un hôpital financé par la Chine. Les défenseurs de la forêt dont des forestiers taxés d’indisciplinés par le parti présidentiel,  souhaitent un autre site.

Selon Adama Sosso,, les antagonistes ont jusque-là privilégié la force des arguments et des actions citoyennes pour exprimer leur divergences et c’est qui explique la création du MPFK, dont l’un des membres est  Moussa Zerbo, président de la Commission du développement rural, de l’économie et des changements climatiques de l’Assemblée nationale.

D’après Adama Sosso, l’UPC ne constate que le déclassement de la forêt pour la construction d’un hôpital fait couler beaucoup d’encre et de salive ; toute chose qui témoigne du manque de consensus sur l’occupation de cet espace écologique.

Le député Adama Sosso met en garde le pouvoir actuel contre toute tentative d’étouffer la liberté d’expression des citoyens soucieux de protéger leur environnement et contre toute agression d’un député quel que soit son bord politique.

Il a  invité également les autorités administratives à l’impartialité dans la gestion de cette polémique et à jouer « pleinement » le rôle régalien qui est le  leur dans le traitement et la protection des Burkinabé.

«Aussi, le  parti exhorte le gouvernement à trouver rapidement un site consensuel pour réaliser le projet pour le grand bonheur des populations bénéficiaires », a conclu M. Sosso.

Agence d’Information du Burkina

no/ata

Photo : Cellule communication UPC

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here