Burkina Faso-Agriculture-Coton-Accompagnement

Burkina: Plus de 13,5 milliards FCFA pour accompagner les producteurs de coton

Ouagadougou, 23 mai 2019 (AIB) – Le gouvernement du Burkina Faso a pris des mesures supplémentaires d’accompagnement des producteurs de coton au titre de la campagne 2019-2020, dont le coût total est de plus de 13,5 milliards de francs CFA, a-t-on appris à l’issue du dernier conseil des ministres.

Le compte-rendu de la réunion gouvernementale parvenu à l’AIB, renseigne que ces mesures ont été prises «dans la perspective d’une relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso».

Ainsi, il ressort que le gouvernement a marqué son accord pour l’octroi d’une subvention de 11 milliards 331 millions 109 mille 008 F CFA destinée à l’apurement des impayés internes des producteurs au titre des campagnes 2017/2018 et 2018/2019.

«Il (le gouvernement) a également accepté la subvention de deux milliards trois cent neuf millions six cent mille (2 309 600 000) F CFA accordée par les sociétés cotonnières aux producteurs afin de porter le prix de cession des insecticides de spécialité de 7 800 F CFA à 7 000 F CFA», note le compte rendu du conseil des ministres.

Au nombre des mesures visant à booster la culture, le gouvernement avait fixé le prix bord champ du kilogramme de coton, pour la campagne cotonnière 2019/2020 au Burkina Faso, à 265 FCFA, soit une hausse de 15 FCFA, comparativement à la campagne écoulée.

Contrairement aux ambitions des acteurs du coton burkinabè qui visaient 800 000 tonnes de coton graine, la production pour 2018-2019 s’est établie à 436 0000 tonnes, soit une baisse de 29% par rapport à la campagne écoulée.

Cette contreperformance a fait dégringoler le Burkina Faso qui est passé de la première à la quatrième place des producteurs sur le continent africain derrière le Bénin, le Mali et la Côte d’Ivoire.

Les raisons avancées pour expliquer cette situation sont, entre autres, les changements climatiques, le boycott d’une partie des producteurs et la menace terroriste dans certaines zones de production.

Agence d’information du Burkina

AK/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here