Burkina- Santé-Syndicat-Grève

Crise santé : le gouvernement veut ‘’briser la lutte’’ en utilisant ‘’la misère des travailleurs’’ (Syndicat)

Ouagadougou, 20 mai 2019 (AIB)-Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) qui débute demain mardi,  une grève de cinq jours, suivie de dix jours de boycott des permanences, a accusé lundi, le gouvernement burkinabè de faire vouloir ‘’briser’’ sa lutte, en utilisant ‘’la misère’’ de ses militants à propos de la fonction publique hospitalière.

«Sur la fonction publique hospitalière, il n’y a pas de disposition claire aujourd’hui qui permet de l’appliquer. Ce que le gouvernement est plutôt en train de faire (…) c’est une tentative  d’utiliser la misère des travailleurs pour diviser nos rangs et briser la lutte, avec la fonction publique hospitalière», a indiqué le secrétaire général du SYNTSHA Pissyamba Ouédraogo.

M. Ouédraogo s’entretenait lundi avec des journalistes, sur la grève (21-26 mai) et le boycott des permanences (25 mai-3 juin), décrétés par son syndicat pour exiger du gouvernement, la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière.

«Ce que le gouvernement a décidé de faire dans le cadre de la fonction publique hospitalière, c’est de dire, on va commencer à l’appliquer au niveau des contractuels des hôpitaux, alors que de façon consensuelle avec les partenaires sociaux, on n’a pas adopté le tableau de reversement», s’est plaint Pissyamba Ouédraogo.

«C’est claire que pour la fonction publique hospitalière, les textes qui sont adoptés là, ne suffisent pas et nous pensons que ils ne sont pas de notre point de vue, consensuels. En tout cas, nous avons fait des observations et nous constatons que le gouvernement est passé outre et tente donc de diviser les travailleurs avec ça», a insisté M. Ouédraogo.

Le SG du SYNTSHA a rejeté l’appel au patriotisme formulé par le gouvernement, l’invitant plutôt à faire face à «la dégradation de la situation sanitaire et tant au niveau de la santé humaine comme animale».

En rappel, suite à la décision du gouvernement d’accorder le 24 avril dernier, des primes aux agents des finances pour les aider à éponger leurs dettes, après la suppression du très controversé Fonds commun, plusieurs syndicats qui ont des accords en souffrance, se font régulièrement entendre.

Agence d’information du Burkina

Adi-ata/ak

Photo burkina

https://www.burkina24.com/2019/05/20/burkina-le-syntsha-confirme-la-greve-du-21-au-25-mai-2019/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here