Violences basées sur le genre : Des journalistes du Centre-Nord se recyclent

Kaya, (AIB) – La direction régionale de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire du Centre-nord a organisé, les 06 et 07 mai 2019 à Kaya, un atelier de formation des hommes de médias sur la lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire, le mariage d’enfants, les violences basées sur le genre et sur la gestion hygiénique des menstrues.

La situation des enfants particulièrement des filles au regard des violences auxquelles ils sont confrontés dans leurs familles, à l’école et dans la communauté reste préoccupante dans la région du Centre-Nord à l’image du Burkina Faso.

En vue d’outiller les journalistes et les animateurs des médias locaux dans leur rôle déterminant dans l’éducation de masse, la direction régionale de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action sociale du Centre-nord, a initié une  formation de 48 heures à leur intention.

« Cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet de renforcement des mécanismes communautaires de protection des enfants et influencing end child and pregnancy in school in Burkina Faso dans la région du Centre-Nord » a relevé le représentant du directeur Plan International/Bureau Kaya, Albert Kansié, à l’ouverture de l’atelier.

Elle vise, selon lui, à mieux outiller les animateurs des médias locaux et des représentants de presse nationale à la lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire, le mariage d’enfants, les violences basées sur le genre et pour la gestion hygiénique des menstrues.

« Le mariage d’enfants tire son fondement dans les normes sociales, culturelles et traditionnelles ; il est un phénomène invisible au point qu’il est difficile d’avoir les statistiques fiables. Néanmoins les informations recueillies par les services en charge de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action sociale ainsi que par les FDS montrent qu’en 2018, 155 cas de grossesses ont été enregistrés tant au niveau de post-primaire/secondaire qu’au primaire. Pour ce qui est des mariages d’enfants, plus de 365 cas ont été enregistrés entre 2016 et 2018 » a déclaré KANZIE Albert, parlant de la situation de la jeune fille dans la région du Centre-Nord.

La pratique des mutilations génitales féminines, a-t-il poursuivi, persiste également dans la région selon le représentant de Plan International Burkina Faso, se rappelant des 09 cas d’excision enregistré dans la commune de Boussouma en fin d’année 2018.

Les médias locaux ont un rôle prépondérant dans la sensibilisation des communautés à la protection de l’enfant en général et de la fille en particulier.

Ainsi, les participants se sont imprégnés les notions, les causes et les conséquences relatives aux faits et pratiques socioculturelles nuisibles au bien-être de la fille en particulier. Ils ont également appréhendé les disparités basées sur le genre qui caractérise le système éducatif burkinabé avec des conséquences énormes sur le développement du pays de façon général.

A l’issue de la session de formation, ils se sont également engagés à mieux contribuer à travers leurs organes respectifs à la lutte contre les grossesses précoces en milieu scolaire, le mariage d’enfant, les violences basées sur le genre et pour une gestion hygiénique des menstrues.

Concrètement, ils devraient développer des actions de sensibilisation à travers les colonnes des journaux ou les grilles de programme radiophonique ou télévisuel.

«Nous avons beaucoup appris sur diverses violences dont la fille en particulier est victime tant en famille, à l’école ou dans la communauté. En tant qu’hommes de médias, nous jouerons notre partition pour le bien-être de la jeune fille en particulier» a déclaré Vincent Kafando, directeur de la radio Basnéré de Tougouri, porte-parole des participants à l’issue de la formation.

Le projet de renforcement des mécanismes communautaires de protection des enfants et influencing end child and pregnancy in school in Burkina Faso dans la région du Centre-Nord traduit l’engagement de Plan International à promouvoir une approche communautaire de la protection des enfants.

Augustin Irwaya OUEDRAOGO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here