7e édition de la Foire internationale de Bobo-Dioulasso

Satisfecit du comité d’organisation

 

Le comité d’organisation de la Foire internationale de Bobo-Dioulasso (FIBO) a dressé le bilan de la 7e édition au cours d’un atelier, le mercredi 8 mai 2019 dans la Cité de Sya. A l’issue de l’atelier, les organisateurs se sont dits satisfaits.

 

La 7e édition de la  Foire internationale de Bobo-Dioulasso (FIBO) s’est déroulée, du 30 mars au 6 avril 2019 sous le thème : « Synergie d’actions pour l’émergence d’une industrie agro-alimentaire prospère et dynamique ». Un mois après la clôture de la foire, le comité d’organisation a dressé le bilan de cette 7e  édition, au cours d’un atelier, le mercredi 8 mai 2019. Selon le président du comité d’organisation de la FIBO, l’abbé André Ouattara, le bilan de cette édition est « satisfaisant », en ce sens qu’elle est au-delà des objectifs. « Nous avons prévu 300 exposants, nous sommes allez à presque 400. Du point de vue affluence, presque tous les pays de la sous-région y étaient représentés », s’est réjoui l’abbé André Ouattara. La FIBO 2019 a enregistré 64 120 entrées comparativement en 2017 où 70 049 personnes avaient pris part. Pour cette dernière édition de la FIBO, il s’est également réjoui de la participation de plusieurs industries agroalimentaires. Avant de remercier les Forces de défense et de sécurité pour leur accompagnement. « Nous rendons grâce à Dieu, car nous n’avons pas connu de difficultés majeures », a-t-il souligné.   Cependant, pour ce qui est des acquis, il est ressorti selon lui, a un certain nombre d’insuffisances. En ce qui concerne la gestion des stands, l’offre a dépassé la demande. A cela s’ajoute le problème de moyens financiers malgré le soutien de la commune de Bobo-Dioulasso avec la somme de 20 millions de F CFA. Techniquement, a-t-il reconnu le comité d’organisation a manqué de précision et de professionnalisme. Après avoir recueilli les remarques et les observations des participants, l’abbé Ouattara a fait comprendre que ces observations leur permettent d’évoluer, de gagner chaque fois du terrain. Car, a-t-il poursuivi, elles vont permettre aux organisateurs d’y réfléchir, trouver les voies et moyens pour corriger ces insuffisances. La FIBO 2021 va connaitre une innovation, foi l’abbé Ouattara. Comme innovation, la mise en place un comité scientifique qui aura à réfléchir sur les orientations, les lignes directrices et élaborer un plan d’action qui va s’étendre de 2019 à 2021.

Boudayinga J-M THIENON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here