Enseignants tués à Comin-Yanga : Les familles des victimes bénéficient d’une assistance sociale

Tenkodogo, 10 mai 2019 (AIB)-En attendant la prise en charge officielle réservée aux ayants droits de certaines victimes du terrorisme, le gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo a présidé hier jeudi, une cérémonie de remise de vivres et de numéraires, aux familles des cinq enseignants, tués le 26 avril dernier par des terroristes à Comin-Yanga (Centre-est).

L’assistance sociale réservée aux familles des cinq défunts enseignants, se compose de 1,25 tonnes (T) de riz ; 1,25 T de maïs ; 1 T de mil ; 10 bidons de 5 litres d’huile et 5 cartons de savon de 36 boules chacun.

Chaque famille recevra 5 sacs de 50kg de riz, 5 sacs de 50kg de maïs, 2 sacs de 100kg de mil, 2 bidons de 5 litres d’huile et 1 carton de savon.

Aussi, pour marquer leur solidarité à l’endroit de leurs collègues, une souscription volontaire a été instituée à l’endroit de l’administration scolaire et des enseignants de la région.

Cette souscription a permis de récolter plus de 2 millions de F CFA pour soutenir les familles de leurs anciens collègues. Cet appui des enseignants a permis de donner à chaque famille, la somme de 400 000 FCFA

«Après les enterrements, nous avons reçus les représentants des familles des victimes. Le ministre de l’Éducation Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro avait témoigné la solidarité du gouvernement à l’endroit des familles des victimes.

Aussi, il leur avait annoncé une assistance sociale modeste pour leur permettre de prendre en charge les orphelins et les veuves.

Cela ne représente pas grande chose, mais un geste symbolique qui a tout son sens en termes de solidarité et de compassion, en attendant que des dispositifs se mettent en place.

C’est notamment des textes qui sont adoptés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, qui vont permettre de prendre en charge les ayants droits des victimes du terrorisme. Ils bénéficieront en outre de l’accompagnement des démembrements de l’Etat pour le montage de leurs dossiers pour permettre leurs prises en charges», a déclaré le gouverneur du centre-est Antoine Ouédraogo, le jeudi 09 mai 2019, lors de la cérémonie de remise.

Martin Bancé, l’un des parents des victimes a salué le geste de solidarité.

«J’apprécie ce geste du gouvernement et des enseignants à l’endroit des familles des victimes que nous sommes. Mais franchement, je ne suis pas content. Depuis l’évènement jusqu’à ce jour, personne ne nous a demandé de ce que nous pensons de ce douloureux évènement», a déclaré Martin Bancé.

Le Directeur régional de l’Éducation Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (DREPPNF) du Centre-Est, Lucien Zouré a indiqué que ce geste symbolique à l’endroit des familles des victimes éprouvées par cette dure épreuve, montre que le gouvernement, l’administration scolaire, les partenaires sociaux et les enseignants sont aux côtés des victimes.

Se prononçant sur les rumeurs de fermeture d’écoles dans la région parce que des terroristes se seraient annoncés, le DREPPNF du Centre-Est, Lucien Zouré a confirmé que de nombreuses écoles sont présentement fermées.

Mais, il a appelé ses collègues enseignants (es) à la retenue et à la responsabilité, afin qu’ils surmontent cette dure épreuve et  ouvrir les salles de classes pour permettre aux enfants de bien préparer leurs différents examens de fin d’année scolaire dans la région.

«Il ne faut pas donner raison aux terroristes. Autrement, ils auraient atteint leurs objectifs à savoir, parvenir à faire fermer les écoles. Il est nécessaire que nous puissions nous ressaisir en ouvrant les écoles, même si toutes ne pourront pas être ouvertes», a-t-il ajouté.

Agence d’information du Burkina

bn/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here