Boulgou

Célébration en différé du 8-Mars 2019 à Lalgaye

Les mariages précoces et forcés, associés aux rapts et aux lithos, préoccupations majeures des femmes

Tenkodogo, (AIB) – Les organisations féminines de la commune de Lalgaye, dans la province du Koulpelogo, ont commémoré la journée internationale de la femme du 8-Mars en différé, le samedi 13 avril 2019.

A l’instar des femmes du pays, celles de la commune de Lalgaye, dans la province du Koulpelogo, réunies au sein des organisations féminines de Lalgaye, ont célébré en différé, la 162e journée internationale de la femme du 8-Mars, le samedi 13 avril 2019 autour du thème : «contribution de la femme à l’édification d’un Burkina de sécurité, de paix et de cohésion sociale». Un cross populaire, un match de football qui a opposé les femmes aux hommes et un bal populaire, ont constitués les activités commémoratives de cette journée. Organisée conjointement par les organisations féminines de la commune de Lalgaye et les enseignantes en service dans la commune, l’évènement qui a mobilisé de nombreuses femmes, a été présidée par Mme le haut-commissaire de la province du Koulpelogo, Mama Zanfara / Traoré. La coordonnatrice départementale des organisations féminines du département de Lalgaye, Mme Koudougou / Moumbla Clarisse, a déclaré que cette journée constitue une opportunité pour  les femmes, d’exposer les difficultés qu’elles rencontrent dans la commune. Ces difficultés se résument selon elle, sont entre autre le manque d’activités génératrices de revenus (AGR) et la formation professionnelle. Elle souhaite pour ce faire, un accompagnement des filles qui ont connues un échec scolaire pour leur insertion sociale et la construction d’une maison de la femme. Mme Koudougou / Moumbla Clarisse a aussi confié que les mariages précoces et forcés, associés aux rapts et aux lithos, constituent encore des maux qui créent davantage de victimes dans la province du Koulpelogo, pour lesquels la coordonnatrice des organisations féminines de Lalgaye s’engage aux côtés de ses sœurs pour combattre. A cet effet, elle a lancé un appel aux décideurs politiques et aux autorités administratives, coutumières et religieuses à venir en aide car, toutes ces difficultés contribuent énormément à étouffer les potentialités des femmes de la commune en particulier et celles de la province en générale.

Convaincu que les problèmes des femmes doivent être en premier lieu l’affaire de toutes les femmes et ensuite des hommes, Koudougou / Moumbla Clarisse souhaite que les journées du 8 mars soient des occasions d’intenses réflexions et d’introspections sur l’avenir et le devenir de la femme car, pour elle, le statut de couche vulnérable de la femme devrait l’interpeller et l’inciter à l’ardeur au travail. Le maire de la commune de Lalgaye, Mathias Sebgo, a précisé que l’importance du thème national à savoir : «contribution de la femme à l’édification d’un Burkina de sécurité, de paix et de cohésion sociale», les femmes ont choisi d’apporter leur pierre à l’édifice national. D’où l’invite du maire Sebgo aux femmes à s’inscrire pleinement dans la recherche d’une sécurité, d’une paix durable et une cohésion sociale, fondamentaux sans lesquels, une nation ne peut se développer. La présidente du comité d’organisation, Koumtoubré Habibou, s’est réjoui de savoir que toutes les enseignantes mobilisées autour de la coordinatrice des organisations féminines de Lalgaye, ont, en dépit de leur calendrier chargé, se sont fortement engagées pour l’organisation réussie de cette journée.

 

Bougnan NAON

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here