Burkina-Politique-Réconciliation-Institution

Réconciliation au Burkina : Exceptée la justice transitionnelle, le HCRUN n’a pas «de plan de sauvetage»

Ouagadougou, 30 avril 2019 (AIB)-Le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) a affirmé mardi, qu’il n’a pas de «plan de sauvetage» en dehors de la justice transitionnelle pour résorber les multiples crises que traverse le Burkina Faso.

«En cas d’échec de cette justice transitionnelle, le HCRUN n’a pas prévu de plan de sauvetage parce que nous sommes sûrs que nous allons réussir», a déclaré le président du Haut-conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) Bazomboué Léandre Bassolé.

M. Bassolé qui s’exprimait mardi lors d’un point de presse, a fait le bilan des formations internes et des partages d’expériences de son institution avec la Tunisie, le Rwanda, le Burundi, la Côte d’Ivoire et le Togo, à propos de la justice transitionnelle.

Bazomboué Léandre Bassolé a précisé que le HCRUN essaye d’adapter les leçons apprises aux réalités burkinabè.

«Au moment où le Burkina Faso endure une poussée d’insécurité sans précédent, alors que les crises identitaires se font jour ici et là (…), la réconciliation n’est plus un choix. Elle doit s’imposer comme une priorité si nous voulons vivre ensemble et faire face à l’adversité», a-t-il expliqué.

M. Bassolé a invité les politiques, les syndicats et les religieux à avoir la même compréhension des thèmes comme la justice transitionnelle, la cohésion sociale et la réconciliation nationale, au risque de semer «la confusion» au sein de la population.

Agence d’information du Burkina

AD/ata/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here