Gourcy : «La crise  a ralenti le développement de notre commune», maire Kadidjia Traoré

Gourcy, (AIB) –La maire de Gourcy Kadidjia Traoré a présidé son premier conseil municipal le mardi 16 avril 2019, après la fin de ses trois mois suspension. L’absence de certains conseillers à cette rencontre, semble montrer que sa demande de pardon le 13 avril dernier à la Place de la Nation de Gourcy, n’a pas été entendue par tous.

52 conseillers sur les 94 que compte le conseil municipal de Gourcy ont répondu présent à l’appel, à l’ouverture de la première session ordinaire convoqué par le maire. L’examen du rapport annuel 2018, l’approbation d’une convention, et la prise de délibérations étaient les points saillants inscrits à l’ordre du jour.

Le rapport présenté par le secrétaire général de la mairie a situé les conseillers sur les activités du conseil municipal et particulièrement sur l’exécution physique du plan annuel d’investissement (PAI) de l’année 2018.

L’élaboration du premier Plan communal de développement (PCD)  et la tenue d’un dialogue citoyen sont entre autres les actions phares à retenir.

Quant au PAI, beaucoup d’activités prévues n’ont pas pu être réalisées pour les raisons liées selon le SG, au disfonctionnement du conseil municipal aggravé à la dernière minute par des remous au sein de l’administration communale et aussi le faible niveau de recouvrement  des recettes.

Au titre des délibérations, elles portent sur des demandes de terrains  pour la construction d’une usine de transformation de tomates  et la réalisation de logements sociaux, le remplacement d’un Président de commission absent du pays, l’approbation d’une convention de collaboration avec l’Association Monde Rural, l’interdiction des activités sur les réserves administratives et foncières et l’élargissement de l’assiette fiscale.

Des échanges qui ont suivi, les conseillers ont proposé un recrutement de personnel pour renforcer l’équipe des agents communaux, la création d’un groupe de médiation dont la mission sera de rencontrer les agents de la mairie en conflit avec leur  secrétaire général.

Le cas des conseillers « absentéistes » qui refuseraient le travail a également a été évoqué conformément au règlement intérieur du conseil municipal.

«Il est évident que la crise a mis notre commune en retard» a regretté la maire qui a relevé au passage de nombreux chantiers non engagés et d’autres toujours bloqués, à l’image de la demande d’autorisation pour l’achèvement du siège de la mairie financé selon elle par le Programme d’Appui aux Collectivités Territoriales à hauteur de 70 millions de nos francs.

Prenant la parole, les conseillers sont revenus sur les difficultés courantes des villages, hors mis le cas de risque de conflit foncier relevé vers les limites du village de Mako.

Avant de lever la séance, la maire a encore saisi l’opportunité pour lancer un appel à  ses vis-à-vis à enterrer la hache de guerre en mettant en avant le développement de la commune. Il faut noter que cette session se tient après une suspension de la tutelle administrative (03) mois  purgée par le maire suivi de sa demande pardon intervenue le samedi 13 avril 2019 à la place de la Nation de Gourcy. Mais les absences constatées constituent un signe évident que beaucoup reste à faire pour le retour à la normale au sein de ce conseil.

Agence d’information du Burkina

Aziz KIEMDE

 (Collaborateur)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here