Cohésion sociale à l’Est : Un consortium d’OSC choisit les jeunes comme ambassadeurs

Fada N’Gourma, 25 avril 2019-(AIB) Un consortium d’Organisations de la société civile (OSC), composé de l’Association Semfilms, du Balai citoyen, de l’Association monde rural (AMR) et de Free Afrik, a débuté jeudi, à Fada N’Gourma, une série d’activités dans le cadre de son nouveau projet intitulé «Jeunes ambassadeurs pour le renforcement du dialogue et de la cohésion sociale dans la région de l’Est du Burkina Faso ».

C’est un vaste programme, d’une durée de 30 mois, qui veut impliquer la frange jeune de la population de l’Est dans la promotion du dialogue, de la tolérance et du vivre-ensemble.

D’entrée de jeu, le conférencier, Luc Damiba, par ailleurs coordonnateur national du projet «Jeunes ambassadeurs», s’est chargé d’expliquer les tenants et les aboutissants, ainsi que les enjeux du projet.

Il a notifié que l’objectif général du projet est de stimuler la cohésion sociale à travers la diffusion de messages socialisants et la promotion du dialogue intercommunautaire en utilisant la jeunesse comme vecteur principal d’action.

De façon spécifique, il s’agit de favoriser l’écoute et la libre expression, d’instituer des cadres permanents d’échange entre les différentes couches de la population et les pouvoirs publics et de renforcer les capacités des jeunes pour pérenniser les actions entreprises.

Pour ce faire, le consortium compte mener une pile d’activités sur toute l’étendue du territoire régional.

Ainsi, il ambitionne, notamment, de réaliser une étude de terrain, de créer et de renforcer une quinzaine de clubs de jeunes, de former les jeunes sur les outils-vidéos et sur les méfaits de la radicalisation et de l’extrémisme violent.

Il est également prévu la tenue de rencontres entre les différents leaders religieux et les jeunes, l’organisation d’un cadre de dialogue entre les jeunes, les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les représentants des collectivités, mais aussi la production d’émissions interactives.

Comme avant-gout, plusieurs activités sont en cours à Fada N’Gourma, du 25 au 27 avril 2019. Ce sont, entre autres, des panels, des prestations artistiques, des projections cinématographiques sur la thématique centrale du projet.

«Les jeunes, des proies faciles pour les terroristes et les politiques»

Les questions des journalistes ont essentiellement porté sur le coût du projet, sa zone de couverture, sa stratégie de mise en œuvre eu égard au contexte sécuritaire, le choix des populations cibles et la collaboration avec les médias locaux étant donné que le projet fait de la communication son cheval de bataille.

A ces interrogations, le conférencier, Luc Damiba et ses collaborateurs ont apporté des éléments de réponse. M. Damiba a indiqué que le projet couvre toutes les provinces de la région de l’Est. De son appréciation, la situation sécuritaire ne doit pas être une excuse pour refuser d’intervenir à l’Est. «Cette région est la nôtre, nous ne pouvons pas l’abandonner», a-t-il renchérit.

Au sujet des populations cibles, le coordonnateur Damiba a affirmé que le consortium a choisi les jeunes parce que cette frange est la plus exposée à l’instrumentalisation. «Ce sont des proies faciles pour les terroristes et les politiciens», a-t-il argué.

Il a, notamment, étayé ses propos en citant le Professeur Joseph Ki-Zerbo : «Une société qui renonce à prendre en charge sa jeunesse et à la doter des outils d’une promotion optimale enterre son propre avenir, c’est une société suicidaire».

En ce qui concerne la collaboration entre le projet et les médias locaux, la conférencière Fatmata Bancé a affirmé que le programme prévoit soutenir toute initiative journalistique visant à promouvoir la paix, la tolérance et le dialogue, avec comme acteurs clefs les jeunes.

Pour ce qui est du coût du projet, Mme Bancé a confié que l’enveloppe s’élève à environ 500 millions F CFA et est supportée par la commission de l’Union Européenne au Burkina. Comme l’a exigé le partenaire financier, le consortium a mis la main à la pâte avec une enveloppe d’environ 30 millions de FCFA.

Agence d’information du Burkina

Joanny SOW

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here