Zondoma : Lèba outille des acteurs pour la promotion des faits d’Etat civil

Gourcy, (AIB)- La commune de Lèba  a organisé le vendredi 30 mars 2019 un forum sur les faits d’état civil. Il s’est agi pour cette collectivité territoriale de mener la réflexion autour de la problématique de l’établissement et la délivrance des différents actes d’état civil de qualité aux populations, d’assurer la continuité afin de renforcer la citoyenneté. C’était sous la présidence de Miknaam Hamadé Ouédraogo maire de ladite commune.

A l’instar de plusieurs pays africains, le système d’enregistrement des faits d’Etat civil au Burkina Faso,  est marqué par des dysfonctionnements tant sur le plan juridique, institutionnel qu’organisationnel réduisant ainsi la performance du dit système.

A en croire l’enquête multisectorielle continue de 2015, le taux d’enregistrement des naissances au Burkina Faso est de 77,8%.

En 2018 dans la commune de Lèba, ce taux était de 50% (soit 70,19% pour les jugement supplétifs et 29,80% pour les déclarations).

La municipalité de Lèba s’est engagée à travers ce forum à renverser la tendance en renforçant les capacités de personnes ressources sur la gestion de l’Etat civil communal.

Les directeurs d’écoles, les infirmiers chef de postes, les présidents des comités villageois de développement, les conseillers municipaux, le personnel de la mairie et de la préfecture se sont retrouvés pour profiter du cadre d’information et de sensibilisation que leur offre le conseil municipal de Lèba.

A l’ouverture du forum, le maire de la commune Miknaam Hamadé Ouédraogo a livré quelques facteurs liés au faibles taux d’enregistrement des naissances dans sa commune.

Pour le bourgmestre, il s’agit entre autres de la méconnaissance de l’importance de l’acte de naissance par certains parents, la méconnaissance des procédures d’enregistrement par une grande partie des populations et la pauvreté dans une certaine mesure.

Le maire au nom du conseil municipal a remercié son partenaire le Laboratoire Citoyennetés qui a accepté financer le forum avant de lancer un appel aux ministères partenaires de l’Etat civil à une meilleure collaboration pour le fonctionnement efficient du système d’Etat civil et la production d’un système de vie.

Par une communication suivie d’échanges, l’Administrateur civil Justin Omer Balima a outillé  les participants. Après  avoir défini la notion d’Etat civil, M. Balima a évoqué l’organisation et la gestion d’un service d’état civil en passant en revue les différents registres et les principaux actes de l’Etat civil.

Le contrôle de l’activité des officiers de l’Etat civil et les sanctions encourues ont été évoqués. A propos, le formateur indiquera que le contrôle est assuré par l’administration et d’ajouter que les officiers d’Etat civil sont civilement, disciplinairement et pénalement responsables des fautes et négligences qu’ils commettent dans l’exercice  de leurs fonctions.

Au terme des travaux du forum, Hamidou Sawadogo, 1er Adjoint au maire de la commune s’est dit satisfait des échanges sur l’établissement et la délivrance des actes de l’état civil, du fonctionnement du service habilité.

«Nous nous réjouissons des propositions réalistes pour l’amélioration, la promotion de l’Etat civil et la mise en place d’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre des propositions issues du forum.

Le conseil municipal invite les participants à sensibiliser à leur tour les populations sur l’importance de l’Etat civil. Pour notre part nous travaillerons à l’amélioration des prestations pour les citoyens de notre commune» a soutenu l’adjoint au maire.

Agence d’information du Burkina

Philibert NIKIEMA

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here