SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sud-ouest : Une caravane de plaidoyer pour la protection de l’enfance

Gaoua, (AIB)-Le Réseau des journalistes pour la protection de l’enfance  de  la région du Sud-ouest (RJPE/SUO)  a entamé une croisade contre les mutilations génitales féminines, les grossesses précoces et non désirées  et les mariages d’enfants  dans la région du Sud-ouest   le mercredi 10 avril  2019 à Dano. La présente campagne se déroule avec l’accompagnement financier de Plan international Burkina Faso.

Les problématiques liées aux grossesses en milieu scolaire, aux mutilations génitales féminines et mariages d’enfants sont devenues les préoccupations majeures pour l’ensemble des acteurs œuvrant pour la protection et la promotion de l’enfant.

En effet, les chiffres sur les questions sont alarmants dans la région du Sud-ouest. A titre d’exemple, il a été enregistré en 2013  en milieu scolaire et non scolaire, 930 cas de grossesses précoces.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Entre 2015 et 2016,  on  a enregistré 267 cas en milieu scolaire dont 227 au post primaire.

Parlant des mutilations génitales féminines, plus d’une cinquantaine de fillettes et de filles de Kampti et Périgban   ont subit  les dures lois des exciseuses.

Pour juguler ces phénomènes, le Réseau des journalistes pour la protection de l’enfance de la région du Sud-ouest (RJPE/SUO)  s’est engagé dans une campagne de  plaidoyer  le mercredi  10 avril  2019 à Dano, avec l’accompagnement financier de l’ONG Plan international Burkina Faso.

Discours, prestations d’artistes, jeu radiophonique avec les enfants, exposition de photos commentées  d’enfants-mères ont jalonné la cérémonie de lancement des activités de cette campagne prévue pour durer six jours.

Pour le coordonnateur  du RJPE/SUO, Ollo Daniel Palé, la présente caravane a été initiée pour accompagner les efforts du gouvernement à la création d’environnements sûrs pour les enfants, les adolescents, les jeunes et les jeunes filles.

Il a aussi salué les projets, programmes et ONG qui ne ménagent aucun effort à travers la lutte contre ces fléaux au bénéfice des enfants.

La porte-parole des enfants  du Sud-ouest  Assétou Kanzié a aussi remercié ces  actions  de sensibilisation pour l’épanouissement des fillettes et filles avant d’énumérer des recommandations.

Parmi ces recommandations l’on peut citer la mise en place des programmes d’éducation sexuelle, de santé sexuelle et reproductive dans tous les établissements.

En plus de cela il y a  l’amélioration de  l’accès à l’information aux services de santé de la reproduction pour les adolescents et jeunes par la mise en place de structures et organisation  adaptées à leurs besoins.

Par  ailleurs l’amélioration de la communication entre parents et enfants, la création d’un système de prise en charge de filles victimes, renforcer les campagnes de sensibilisation et de plaidoyer. Le coordonateur de l’ONG Plan International Burkina Faso Bureau du Sud-ouest Clément D. G Méda pour sa part a laissé entendre que sa structure ne ménagera aucun  effort contre ces phénomènes qui menacent  l’avenir des filles de  la région.

L’objectif de Plan international est d’œuvrer  pour faire avancer les droits des enfants et l’égalité pour les filles, a-t-il rappelé.

Agence d’information du Burkina

Evariste YODA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here