Burkina Faso-Affrontement-Condamnation

Le président Kaboré condamne «avec la plus grande fermeté» les récents affrontements communautaires

Ouagadougou, 3 avril 2019 (AIB) – Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a, à travers un communiqué, condamné «avec la plus grande fermeté les événements dramatiques (affrontements communautaires) survenus à Arbinda dans la province du Soum et à Zoaga dans la province du Boulgou», ayant causé la mort de plusieurs personnes.

Dans le communiqué publié par la Direction de la communication de la présidence du Faso, le chef de l’Etat burkinabè indique qu’«une enquête sera diligentée sur les circonstances» des violences meurtrières de Zoaga (Centre-est) et Arbinda (Sahel).

Au demeurant, le président Kaboré présente aux familles des victimes ses sincères condoléances.

Il appelle les populations de ces localités, et du Burkina Faso en général, au calme et à la retenue, et à se départir de toute tentative de justice sommaire.

A l’entendre, des instructions fermes ont été données aux Forces de défense et de sécurité (FDS) pour qu’elles renforcent la sécurité des populations desdites localités.

En ces moments difficiles «où la cohésion sociale est diversement mise à rude épreuve», le président du Faso en appelle «au renforcement de la culture de la tolérance, de la paix et du dialogue entre fils et filles du Burkina Faso».

Un communiqué du ministère en charge de l’Administration territoriale, rendu public mardi, annonçait que huit personnes ont perdu la vie et quatre autres ont été blessées, lors d’une attaque perpétrée dans la nuit de samedi à dimanche contre une chefferie coutumière basée à Zoaga, localité au centre-est du Burkina Faso.

Un autre communiqué, cette fois-ci, du gouverneur de la région du Sahel, renseignait que sept personnes, dont au moins trois Peuls, ont été tuées dimanche et lundi lors d’affrontements intercommunautaires au Burkina Faso dans la commune d’Arbinda, non loin de la frontalière du Mali.

Agence d’information du Burkina

AK/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here