Burkina Faso-Presse-Revue

La politique en vedette dans les quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 1er avril 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi commentent l’actualité nationale marquée essentiellement par des sujets politiques, notamment des conférences de presse, des rentrées politiques, ainsi que des congrès de certains partis.

«Présidentielle 2020 : Gilbert, cornac de l’ADF/RDA», arbore en première page, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso.

Selon ce journal, la présidentielle de 2020 a déjà commencé pour le parti à l’emblème de l’éléphant, l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) qui vient de rassembler ses troupes à Bobo-Dioulasso.

A lire L’Observateur Paalga, il s’est agi  du 16e congrès ordinaire  et ensuite du choix  de celui qui aura la lourde responsabilité d’aller à la conquête du pouvoir d’Etat sous la bannière de l’ADF/RDA.

Pour sa part, Le Quotidien barre à sa Une : «Présidentielle 2020 au Burkina : Gilbert Ouédraogo investi candidat de l’AFD/RDA», là où Aujourd’hui au Faso affiche : «16e Congrès de l’ADF/RDA à Bobo: Gilbert, porte-étendard à la présidentielle de 2020».

Le journal cité en second lieu, évoque également le rassemblement organisé par le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), Eddie Komboïgo, samedi dernier à Ouagadougou, titrant : «Show de résistance du CDP au stade municipal».

A ce sujet, le quotidien à capitaux publics Sidwaya, mentionne en guise de titre : «Lutte contre le terrorisme : Eddie Komboïgo en mode résistance avec la jeunesse».

Pendant ce temps, Le Pays, autre quotidien privé, parle de la conférence de presse animée par le président du Parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ), Soumane Touré, à l’occasion de la rentrée politique de cette formation, samedi dernier à Ouagadougou.

Le confrère reprend les propos du président du PITJ qui estime qu’«il faut introduire une plainte contre les usurpateurs du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti présidentielle) à la CPI (cour pénale internationale)».

Reprenant un extrait de la déclaration de Soumane Touré, Le Quotidien plaque : «Il n’y a pas eu de coup d’Etat, le RSP était à sa façon en désobéissance civile contre un régime d’usurpateurs de titres et de fonctions».

De son côté, Sidwaya informe que pour le centenaire du Burkina Faso, «Soumane Touré appelle à un débat patriotique».

Agence d’information du Burkina

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here