Burkina Faso-Santé-Humeur

Burkina: Grève de 48 heures en vue dans le secteur de santé (préavis)

Ouagadougou, 26 mars 2019 (AIB) – Le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), à travers un préavis de grève parvenu à l’AIB mardi, menace d’enclencher une grève de 48 heures à compter du 17 avril prochain.

Dans le document adressé au président du Faso, le SYNTSHA rappelle que le 13 mars 2017, le  gouvernement a signé un protocole d’accord avec le syndicat «dans le but d’améliorer nos conditions de travail et de vie et pour optimiser la qualité des soins offerts aux populations».

Selon les signataires du préavis, ce mouvement en vue est consécutif à «l’obstination du gouvernement dans son refus d’appliquer les résolutions dudit protocole d’accord par la ruse et le dilatoire ».

Et d’indiquer qu’à l’appel du SYNTSHA, les travailleurs de la santé humaine et animale observeront sur toute l’étendue du territoire national, une grève de 48 heures allant du mercredi 17 avril 2019 à 7h au vendredi 19 avril 2019 à 6heures 59 mn.

Entre autres revendications, le syndicat  exige le respect concret du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017, notamment, «le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier»,

Il demande aussi «la prise de mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires du pays et transparence dans la gestion ; arrêt de l’impunité, luttes concrètes contre la corruption, le racket etc., dans les formations sanitaires et les services vétérinaires».

L’autre revendication concerne «le relèvement des plateaux techniques (infrastructures, des équipements fonctionnels, des médicaments et du personnel en quantité et en qualité); arrêt des pannes de longues durées et récurrentes d’équipements conduisant à des fermetures de services, des ruptures de consommables et de médicaments etc.».

En outre, le syndicat exige  «le paiement en fin avril 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057 -2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018».

A cela s’ajoute «la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale en stage».

Sans oublier «l’adoption rapide du décret fixant modalités de gestion des logements administratifs dévolus aux communes dans le domaine de la santé et juste règlement des problèmes de logements des agents de santé antérieurs audit décret».

«Si à l’issue de cet arrêt de travail, des solutions satisfaisantes n’étaient  pas trouvées, le SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions de lutte pour faire aboutir ses justes revendications», menacent les signataires du préavis de grève.

Agence d’information du Burkina

AK/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here