Burkina-Climat-financement

Fonds vert : des acteurs se concertent pour une mobilisation plus accrue des financements au Burkina

Ouagadougou, 26 mars 2019, (AIB)-Le gouvernement burkinabè a organisé mardi, une rencontre d’échanges avec les acteurs de l’environnement pour une mobilisation plus accrue de financements au profit du Fonds vert pour le climat, afin de faire face aux effets des changements climatiques dans le pays.

Selon le représentant du Premier ministre, le ministre en charge de l’Environnement, Batio Nestor Bassière, l’atelier national structuré sur le Fonds vert pour le climat, va permettre aux acteurs du domaine  d’aller vers la mobilisation des ressources  pour financer les projets et programmes en termes d’adaptation et d’atténuation des effets climatiques.

Pour lui, l’atelier placé sous  le thème «Renfoncer la synergie d’actions entre les parties prenantes pour une mobilisation plus accrue du financement du Fonds vert pour le climat au profit du Burkina Faso » regroupe l’ensemble des acteurs étatiques, de la société privée et civile et se veut être une réponse à la sauvegarde de l’environnement.

M. Bassière qui s’exprimait mardi à Ouagadougou, à l’ouverture des travaux d’une rencontre du dialogue structuré du Fonds vert pour le climat au Burkina.

Le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique a signalé que les concertations se veulent être aussi, un cadre de renforcement des capacités des organisations faîtières qui interviennent dans le domaine de la foresterie.

Il a invité les participants à mettre place des projets et programmes, au sortir de l’atelier, qui respectent les conditions de financement du fonds vert afin de permettre au pays d’en bénéficier.

L’autorité nationale désignée du Fonds vert pour le climat au Burkina Faso, Issaka Ouédraogo, a affirmé que pour y accéder au mécanisme financier international, chaque pays doit développer des projets et programmes pour les soumettre au secrétariat général dudit Fonds.

D’après M. Ouédraogo,  le cadre de dialogue va permettre d’informer les acteurs sur les conditionnalités  du Fonds vert, de ses procédures et sur les autres types de financements du climat existant dans le pays.

«On rend compte que les compétences en matière d’élaboration de projets convaincants manquent au Burkina Faso», a-t-il soutenu.

Crée en 2010 au Mexique, le Fonds vert pour le climat  permet de lutter contre les changements climatiques et de renforcer la résilience des populations en la matière.

Agence d’information du Burkina

NO/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here