Fada N’Gourma : L’armée associe la traque aux terroristes aux soins gratuits pour les populations

Fada N’Gourma, mardi 26 mars 2019, (AIB)-La mission «Otapuanu» n’est pas purement une opération militaire contre les terroristes à l’Est et au Centre-est. Elle a aussi un volet humanitaire comme offrir gracieusement des soins aux populations.

L’équipe médicale militaire de l’opération «Otapuanu» installée au Centre hospitalier régional de Fada N’Gourma a ouvert ses portes à la presse, ce mardi 26 mars 2019.

C’est une équipe multidisciplinaire, constituée, notamment, de deux médecins orthopédistes traumatologues, d’un médecin réanimateur, d’un spécialiste en chirurgie viscérale et du personnel infirmier spécialisé. Elle offre, gracieusement, des soins aux populations.

La visite guidée a conduit les hommes de médias au bloc opératoire où plusieurs patients ont été pris en charge. C’est le cas de Rasmané Sawadogo, opéré avec succès au genou. «Je trainais une fracture au genou provoquée par un accident. Mais, depuis l’intervention chirurgicale, je ne ressens plus de douleur. Je suis très content », s’est-il réjoui.

Palamangan Tankoano, venu de Nagré, dans le Gourma, a été débarrassé de sa péritonite. «J’avais des maux de ventre intenses. Les médecins militaires m’ont opéré et j’en suis soulagé», a-t-il apprécié.

En retour, M. Tankoano a dit toute sa gratitude «aux bienfaiteurs pour leur soutien immense».

Hama Dicko, venu de Matiacoali, a été opéré au péroné. Avant d’entrer en salle d’opération, le jeune Dicko, l’air anxieux, s’est dit ravi du service médical gratuit dont il va bénéficier.

Ainsi, pour le médecin colonel-major Hamado Kafando, l’opération «Otapuanu», c’est aussi du social.

Il a expliqué que certains patients, jusqu’à ce qu’ils comprennent l’objectif de la campagne, étaient réticents, du fait du contexte sécuritaire.

A l’écouter, cette action de chirurgie médicale est l’une des initiatives civilo-militaires, menées dans le cadre de l’opération «Otapuanu», encore appelée «coup de foudre».

Selon le directeur général du CHR de Fada N’Gourma, Lucien Gamba, cette action médicale a permis de renforcer les capacités opératoires de son hôpital.

Il a apprécié : «c’est une équipe de haut niveau. Grace à elle, des cas qui, d’ordinaire, nécessitaient une évacuation à Ouagadougou, ont été diligemment pris en charge».

En rappel, l’armée burkinabè a lancé il y a quelques semaines l’opération «Otapuanu», destinée à traquer des terroristes qui avaient multiplié leurs attaques en début d’année à l’Est et au Centre-est.

Agence d’information du Burkina

Js/ata

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here