Burkina Faso-Presse-Revue

La politique, sujet dominant dans les quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 20 mars 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce mercredi traitent de sujets essentiellement politiques, notamment, la conférence de presse animée, la veille, par le politicien Dr Emile Paré, sans oublier celle des membres de partis affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP).

«Adoption annoncée de la nouvelle constitution par voie référendaire : +Il n’est pas question de découpler la présidentielle et les législatives en 2020+, prévient le CFOP», affiche le quotidien privé Le Pays.

Le journal relate que «le rapport du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) sur d’éventuelles violations des droits humains  au Burkina, le passage à la 4e République, les remous au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) et les revendications des travailleurs de l’éducation étaient au menu du traditionnel point de presse l’hebdomadaire de l’opposition politique tenu hier 19 mars à Ouagadougou».

Selon Le Pays, Mamadou Kabré, président du Prit-Lannaya et Yumanli Lompo, président du Parti national des démocrates sociaux (PNDS) étaient les principaux animateurs de cette rencontre avec la presse.

De son côté, le quotidien public Sidwaya mentionne qu’au sujet d’accusation d’exécution sommaire par les Forces de défense et de sécurité (FDS), «le CFOP ne dispose pas d’éléments pour apprécier le rapport du MBDHP», reprenant ainsi, les propos de Mamadou Kabré.

L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, va plus loin, lorsqu’il titre : «Soupçon de violations des droits humains au Burkina Faso : Le CFOP invite plutôt à encourager et à galvaniser les FDS».

Le même journal consacre sa manchette à la conférence de presse animée, la veille par le Dr Emile Pargui Paré (surnommé Le Chat noir du Nayala), à l’occasion du lancement de la rédaction de ses mémoires intitulés «60 ans de vie, 40 ans de lutte politique et syndicale la moisson est-elle maigre ?».

Le journal arbore : «Emile Paré : Même devant le bol de lait, Le Chat noir continue de griffer».

Pour sa part, le journal Le Quotidien reprend en première page, la déclaration du Dr Paré qui dit : «Je m’interroge chaque jour, s’il n’est pas temps de me reposer».

Pendant ce temps, Le Pays laisse lire à sa une : «Situation sociopolitique au Burkina : Emile Paré pour la formation d’un +gouvernement politique+».

Quant à Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, il met en exergue : «60 ans de vie, 40 ans de lutte politique et syndicale : +Le chat noir du Nayala en a profité pour vider sa bile».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here