Le Burkina Faso veut redresser son secteur du coton miné par des contreperformances

Ouagadougou, 11 Mars 2019 (AIB)-Le gouvernement burkinabè a débuté lundi, un atelier national visant à juguler les contreperformances qui ont fait perdre au pays, son leadership dans la production du coton en Afrique.

La filière du coton qui a connu un succès dans ses performances agronomiques depuis plus d’une dizaine d’années et cité en exemple partout dans le monde, traverse des difficultés ces deux dernières campagnes notamment une baisse des rendements au champ.

Selon le ministre Arouna Kaboré, ces contreperformances ont pour effets, le surendettement, le découragement et la désaffection des producteurs, une baisse des recettes d’exportation et une perte de leadership du Burkina Faso au niveau des pays producteurs de coton en Afrique.

“Je voudrais vous rassurer que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour la pérennisation de cette filière (le coton), au grand bénéfice de tous les acteurs” a déclaré le ministre Arouna Kaboré lundi, à l’ouverture d’un atelier de trois jours sur la question.

En rappel, le Burkina Faso qui a alterné ces dernières années culture du coton transgénétique et coton conventionnel, a perdu sa place de premier producteur dans la sous-région.

M. Kaboré a rappelé que face à la situation, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a mis en place un Comité de Haut Niveau présidé par le ministre en charge du commerce et comprenant des représentants de l’Administration publique et des acteurs de la filière cotonnière.

Le ministre Arouna Kaboré a donc souhaité que les fruits de ces réflexions des différentes parties membres de ce Comité de Haut Niveau, permettent « d’identifier les meilleurs angles d’attaques, à même d’assurer (le)… repositionnement du Burkina Faso en tête des pays producteurs de coton en Afrique ».

« Les conclusions et les recommandations de cet atelier seront portées par le Comité de Haut Niveau afin qu’une suite diligente soit donnée pour leur mise en œuvre » a-t-il rassuré.

Le président de l’Association Interprofessionnelle du Coton du Burkina (AICB) Bambou Bihoun a rappelé qu’après avoir trôné à la première place de la production du coton pendant 10 ans, le Burkina Faso a été relégué durant la campagne 2017-2018, à la seconde place et il risque pour cette campagne 2018-2019 de se retrouver à la 3ème ou 4ème place.

Il a donc invité les différents acteurs à une remise en cause et une introspection en évitant toutes passions aux cours des trois jours, afin de rebondir et reprendre la première place.
Agence d’Information du Burkina
Ab-Wis/ata

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here