Burkina Faso-Presse-Revue

8 mars et procès du putsch manqué, dans la presse en ligne burkinabè

Ouagadougou, 8 mars 2019 (AIB) – Les journaux en ligne burkinabè évoquent, ce jeudi (jour férié en raison de journée internationale de la femme), le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, sans oublier de commenter la célébration du 8 mars.

«8-mars: top départ de la commémoration nationale à Tenkodogo», affiche Fasozine.com, informant que les activités commémoratives de cette édition du 8-mars ont débuté hier jeudi, dans la commune de Tenkodogo (chef-lieu de la région du Centre – Est) par un panel.

«L’objectif de ce panel était de mobiliser et fédérer les énergies pour réfléchir à la contribution de tous les acteurs, singulièrement de la femme à la recherche de solutions adéquates et pérennes à la crise sécuritaire que traverse le pays », relate ce journal en ligne.

Pour sa part, Zoodomail.com propose un texte poétique intitulé : «8 mars: hommage aux femmes, héroïnes oubliées, héroïnes inconnues» où l’auteur, Bernard Kaboré, rend hommage à la femme.

Le même site d’information publie «le message des femmes de l’UPC (Union pour le progrès et le changement, principal parti de l’opposition au Burkina Faso)», à l’occasion du 8 mars.

L’écrit est signé de  la présidente de l’Union nationale des femmes de l’UPC, Jacqueline Souratié épouse Konaté.

Reprenant une dépêche de l’Agence d’information du Burkina (AIB), Zoodo.com renseigne que «le procès du putsch manqué de septembre 2015, à peine repris ce jeudi matin, a été suspendu au Tribunal militaire de Ouagadougou pour raison de santé du général Gilbert Diendéré, principal accusé».

A son tour, Lefaso.net fait observer que les présumés cerveaux du coup d’Etat de septembre 2015 sont tous malades.

Selon le site d’information, «après le général Djibril Bassolé finalement transféré le 6 mars 2019 en Tunisie pour recevoir des soins, c’est au tour de l’éphémère président du CND (Conseil national pour la démocratie, Ndlr) d’avoir des ennuis de santé, ce qui a occasionné une suspension d’audience ce 7 mars, à la demande de ses avocats.

Quant à Burkina24.com, il relate que «sauf cataclysme, le président du Conseil national de la Transition (CNT) au moment du coup de force de septembre 2015 et actuel ministre de la défense, Cheriff Sy, sera à la barre en début de semaine prochaine».

A en croire le confrère, M. Sy est le premier de la nouvelle liste des témoins annoncée par le Tribunal, le jeudi 7 mars 2019.

Le site d’information rappelle que la reprise de l’audience du procès du Coup d’Etat de septembre 2015 aura été brève le jeudi 7 mars 2019 au Tribunal militaire.

«Pour cause, Me Olivier Yelkouni, conseil du général Gilbert Diendéré, a sollicité une suspension, °le temps que le général puisse se rétablir et revenir lundi pour poursuivre l’audience+», précise Burkina24.com.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here