Burkina-Politique-Déclaration

Burkina: Le PM Dabiré dévoile une batterie de mesures pour promouvoir la gouvernance vertueuse

Ouagadougou, 18 fév. 2019 (AIB) – Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a dévoilé, lundi, lors de sa Déclaration de politique générale, une batterie de mesures visant à promouvoir une gouvernance vertueuse.

Moins d’un  mois après sa nomination, Christophe Joseph Marie Dabiré s’est, devant la représentation nationale, engagé à faire fonctionner de façon efficace et efficiente l’administration et les institutions publiques à une culture du travail.

«On ne peut rien construire de grand pour le progrès et le bonheur de notre peuple sans un idéal de labeur, de sacrifice et de justice», a soutenu le  Premier ministre.

Pour lui, la restauration de l’autorité de l’Etat passe par l’application vigoureuse de sanctions contre tous les citoyens qui viendraient à contrevenir aux lois et aux règlements.

Pour ce faire, M. Dabiré envisage la «réinstitution de la formation civique et patriotique dans les différents ordres d’enseignement y compris le Service national pour le développement».

Il a, par ailleurs, promis dans le domaine judiciaire  de renforcer le fonds d’assistance judiciaire au bénéfice des personnes vulnérables

Le chef du gouvernement burkinabè, toujours dans l’optique de la promotion de la gouvernance vertueuse, compte, dans le domaine de lutte contre l’impunité des crimes économiques, la fraude et la corruption, opérationnaliser les inspections techniques et les conseils de disciplines, afin de prendre des sanctions à l’encontre des agents indélicats.

Concernant la réduction du train de vie de l’Etat, le PM  a confié que son gouvernement va s’atteler à «redéfinir les modalités de rémunérations des hautes autorités investies d’une charge politique ou administrative au Burkina Faso».

Dans la même logique, il prévoit faire appliquer avec «célérité» les conclusions de la commission chargée de la réforme du système de rémunération des agents publics de l’Etat et instaurer de bonnes pratiques dans la gestion du patrimoine de l’Etat.

Conscient que la réussite de telles actions nécessitent l’adhésion de tous les agents publics aux mesures qui seront édictées et appliquées,  il a invité les «partenaires sociaux et les organisations de la société civiles à accompagner ce processus de réforme qui vise à instaurer plus d’équité, de justice sociale et une meilleure redistribution de la richesse nationale».

Agence d’information du Burkina

RS/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here