A Kongoussi, Zéphirin Diabré surfe sur  »les échecs » du parti au pouvoir

Kongoussi, 18 fév. 2019 (AIB)- Le président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC, opposition) Zéphirin Diabré a mis en doute hier, les capacités du régime en place à diriger le Burkina Faso, promettant d’instaurer «une vraie démocratie» en 2020.

 L’Union pour le progrès et le changement (UPC, principale parti d’opposition) a fait une halte le 17 février 2019 à Kongoussi, dans le cadre de sa tournée nationale dans les 45 provinces, visant à galvaniser les structures de base à l’orée des échéances électorales de 2020.

Face aux différents responsables de l’UPC du Bam réunis à Kongoussi, M. Diabré a de nouveau fustigé la gouvernance du parti au pouvoir.

«A regarder ce qui se passe au Burkina Faso aujourd’hui, on n’a plus besoin de convaincre quelqu’un, que le MPP et ses alliés ne peuvent pas gérer le pouvoir», a déclaré Zéphirin Diabré.

Pour lui, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a montré son incapacité à diriger le Burkina Faso avec une montée fulgurante d’une insécurité généralisée.

«Le point primordial, la question quintessentielle dans la vie d’un individu, d’une Nation c’est la question sécuritaire. Et sur cette question, le MPP et ses alliés ont échoué lamentablement. Ce n’est pas pour nous réjouir mais pour pleurer», a –t-il ajouté.

Pour Zéphirin Diabré, le parti au pouvoir se réfugie dans des comparaisons pour se soustraire de ses responsablités.

«On entend tous les jours que le terrorisme est un phénomène mondial. Mais tous les phénomènes sont mondiaux et des pays arrivent à les contrer.

Le Sida est un phénomène mondial mais le taux de prévalence est de 1% au Burkina Faso alors qu’il atteint les 15% au Botswana. Le chômage est mondial mais les Etats-Unis sont en plein emploi et la France est à 10% du chômage.

Le terrorisme est mondial mais il y a des pays qui résistent et des pays qui échouent. Et parmi ceux qui échouent, il y a le Burkina Faso», a-t-il relaté.

M. Diabré a également dénoncé « la corruption, le copinage, le clientélisme» dont fait preuve selon lui, le régime actuel avant d’inviter ses militants à rester des modèles d’intégrité et des relais qui doivent contribuer à un retour de la paix et d’une véritable réconciliation au Burkina Faso.

En conclusion, Zéphirin Diabré a indiqué que l’UPC entend conquérir le maximum de mairies dans la province du Bam dont celle de Kongoussi afin d’instaurer une vraie gouvernance démocratique.

En rappel, l’UPC dirige une seule mairie (Bourzanga) sur les 9 que compte la province du Bam.

Le parti du lion a également obtenus des postes de premiers adjoints dans les communes de Kongoussi et de Sabcé, grâce à des alliances qualifiées de contre-nature par ses détracteurs.

Agence d’Information du Burkina

Asmado RABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here