Burkina-Société-Culture

Canton de Sao : Le jubilé d’argent de Naaba Kango célébré sous le signe de la paix et de la prospérité

Boussé, (AIB)-Le chef de  canton de SAO (Kourwéogo), le Naaba Kango a célébré le samedi 2 février 2019, ses 25 ans de règne à l’occasion de la fête coutumière annuelle, communément appelée «KIIKIRGA». Une célébration qui marque la nouvelle année et permet aux populations de disposer de leurs nouvelles récoltes.

Le  Naaba Kango de SAO  a sacrifié aux coutumes de nouvel an dans son canton. La célébration du KIIKIRGA ou la fête des récoltes, le  samedi 2 février 2019, a donné lieu à des festivités marquant la fin  des actes  rituels.

Cette fête annuelle a aussi servi de cadre pour la célébration des 25 ans de règne du chef du canton de SAO, le Naaba Kango.

Pour l’occasion, des autorités politiques, administratives, de la chefferie coutumière de diverses contrées ainsi que les ressortissants  sont venues communier avec les populations du canton à la faveur de la fête des récoltes.

Selon le  chef de SAO, le Naba Kango, cette célébration de la fête des récoltes a toute son importance pour les populations dont il a la charge.

«La célébration permet d’offrir des offrandes aux ancêtres et leur demander  la santé et la prospérité pour le chef de canton et pour l’ensemble des population dont il a la charge. », a fait remarquer le chef de Sao.

Pour lui, le rituel accompli par les notables et les sages de la cour, permet de solliciter des ancêtres,  l’éloignement de la famine,  de la maladie, de la guerre, de la soif ainsi que les calamités naturelles et surnaturelles.

C’est  aussi poursuit-il, une occasion pour demander  la paix, et l’abondance pour sa communauté.

Les rituels consistent  en des offrandes faites aux mânes  et aux  devanciers  avec les produits de la nouvelle récolte notamment la bière de mil et des repas.

Expliquant le sens de cette célébration, Naaba Kango a souligné qu’elle répond au principe social qui veut, que l’on donne la priorité aux aînés de se servir le repas en premier.

«Leur offrir la récolte de l’année avant d’en consommer, c’est aussi solliciter leurs bénédictions et leurs bienveillance pour la quiétude de la communauté. Les ancêtres restent de puissants intermédiaires et les plus grands protecteurs en tout temps et en tout lieu», a-t-il affirmé.

Le chef de Sao a aussi relevé que le l’intérêt social de cette manifestation coutumière est le maintien des relations avec les ancêtres ainsi que les liens familiaux et les  rapports avec les autres communautés.

Agence d’Information du Burkina

Moussa CONGO (Collaborateur)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here