Burkina Faso-Presse-Revue

Santé et justice au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 31 janv. 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce jeudi évoquent l’actualité nationale marquée par la grève des Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) et le procès du putsch manqué de septembre 2015, sans oublier le volet sanitaire avec l’épidémie de méningite ayant fait plusieurs morts à l’Est du pays.

«Décès suspects dans la Tapoa : Une probable épidémie de méningite, selon le gouvernement», affiche le quotidien à capitaux publics Sidwaya qui souligne que le sujet a été abordé, hier mercredi, lors du premier Conseil des ministres de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Christophe Marie Joseph Dabiré.

Le journal rapporte que la ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué a fait au conseil des ministres, l’état de la situation relative aux rumeurs sur la mort suspecte de 25 malades, dans la commune de Botou, province de la Tapoa, région de l’Est.

A ce sujet, les journaux privés Aujourd’hui au Faso et L’Express du Faso, titrent en chœur : «Conseil des ministres : 25 morts de la méningite dans la Tapoa».

Le Pays, autre quotidien privé, évoque le sujet dans sa rubrique ‘’Révélations’’ où il cite l’Agence d’information du Burkina (AIB) rapportant qu’«au moins 25 personnes sont décédées d’une maladie foudroyante et inconnue à la date de 29 janvier 2019, dans les villages de Kpégnanfoanou et de Boguel (Tapoa)».

Le même journal revient sur la passation de service, lundi dernier, au ministère de la Santé, informant qu’«un épidémiologiste s’en va, une cardiologue s’installe».

Abordant le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015, Le Pays arbore : «Quand Achille Tapsoba et Salifou Sawadogo s’affrontent à la barre».

De son côté, L’Observateur Paalga, le plus vieux des quotidiens privés du Burkina Faso, parle de «violences pendant le coup d’Etat», avant d’ajouter que «+Raso+ (Surnom de l’acteur de cinéma Rasmané Ouédraogo) signe la preuve par image».

Selon le confrère, le comédien Rasmané Ouédraogo dit ‘’Raso’’ et le premier vice-président  du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès, ex-parti au pouvoir) chargé des questions politiques, Achille Tapsoba ont été les deux témoins entendus hier dans le cadre du procès du putsch manqué.

«Le premier a filmé depuis son balcon, avec son téléphone des éléments de l’ex-RSP (Régiment de sécurité présidentielle) passant à tabac avec des ceinturons et des cordelettes des jeunes de la cité An III, à Ouagadougou», relate L’Observateur Paalga.

C’est à juste titre que Sidwaya met en exergue : «la vidéo troublante de +Raso+».

Toujours dans le domaine de la justice, les journaux commentent largement le mouvement d’humeur des Gardes de sécurité pénitentiaire (GSP).

Ainsi, L’Observateur Paalga plaque à sa une, les propos du Secrétaire général du Syndicat national des gardes de sécurité pénitentiaire (SYNAGSP), Abdou Dramane Thombiano qui dit : «Le gouvernement est plus terroriste que les terroristes».

Pendant ce temps, Le Pays affiche la déclaration de l’assistant GSP, Oumarou Kaboré, porte-parole de la troupe qui fait observer que «si le Directeur général (de la GSP) démissionne, nous allons reprendre le travail».

Agence d’information du Burkina

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here