Burkina Faso-Presse-Revue

Policiers lynchés à mort et marche contre la stigmatisation, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 14 janv. 2019 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi évoquent la marche-meeting contre la stigmatisation, samedi dernier, ainsi que la mort de trois personnes dont deux policiers lynchés par la population à Nafona (ouest), suite à une tentative d’interpellation.

Dans sa rubrique ‘’Le voyageur de Gunena’’, Le Quotidien titre : «Nafona/Soubakaniedougou : 2 officiers de police tués par la population».

Ce journal privé rapporte que les faits se sont déroulés dans la matinée du samedi 12 janvier dernier dans la province de la Comoé, région des Cascades où les deux officiers de police ont trouvé la mort lors d’une mission d’interpellation.

Pour sa part, Aujourd’hui au Faso aborde le sujet dans ses ‘’News du jour’’ où il indique que «selon plusieurs témoignages, tout serait parti d’une réquisition du procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Banfora, envoyant des policiers pour procéder à l’interpellation de cinq personnes impliquées dans un conflit foncier».

«Trois morts à Naforna : un comité de crise à pied d’œuvre», arbore, de son côté, le quotidien à capitaux privés Sidwaya.

Le même journal parle de la marche-meeting du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation (CISC), mentionnant la manifestation  a rallié plusieurs Organisations de la société civile et communautés, des associations de non-violence et la paix pour réclamer justice.

A ce sujet, L’Observateur Paalga, le plus ancien des quotidiens privés du Burkina Faso fait observer qu’«on a marché à Ouaga et à Dori (Sahel)» et que «les manifestants ont protesté contre les tueries de Yirgou, survenues dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019».

Le Pays, autre quotidien privé, affiche à sa Une: «Marche de soutien aux victimes de Yirgou : les manifestants réclament justice», là où Aujourd’hui au Faso laisse lire : «Justice pour le pogrom de Yirgou !».

Pendant ce temps, Le Quotidien fait remarquer qu’il y a eu une foule immense dans les rues de Ouaga, avant de relever que d’après le CISC, le drame de Yirgou a fait «au moins 75 morts et 6000 déplacés».

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here