Burkina-Commerce-Bilan

 Burkina : le ministère du Commerce fait le bilan de ses activités 2018

 Ouagadougou, 8 janv. 2019 (AIB) – Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat (MCIA), Harouna Kaboré a présenté lundi, aux hommes de médias, les activités menées par son département au cours des 12 mois écoulés et les perspectives pour l’année 2019.

«En dépit des circonstances difficiles qui ont prévalu en 2018, marquées entre autres par la précarité du contexte sécuritaire, les régulations budgétaires et la faiblesse des appuis budgétaires de la part de nos Partenaires techniques et financiers, nous avons su faire preuve de détermination dans la réalisation des activités programmées, toute chose qui nous a permis d’engranger des résultats tangibles et forts appréciables», a déclaré Harouna Kaboré.

M. Kaboré s’exprimait lundi, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle, il a dressé les résultats engrangés par son ministère au titre de l’année 2018.

Il s’agit entre autres, de la couverture de toutes les régions par les CEFORE (Centres de formalités des entreprise) , la création de 12 206 entreprises au niveau des CEFORE,  l’appui-conseil et la formation de 21 188 entreprises, la réforme de la rencontre gouvernement-secteur privé qui est devenue le Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé (CODESP).

«En matière d’industrie, l’année 2018 a connu l’élaboration et la validation de plusieurs documents de stratégies sous-sectoriels. Il s’agit de la stratégie nationale d’industrialisation et la stratégie d’incitation de la transformation locale de nos matières premières», a-t-il indiqué.

Pour lui, les deux stratégies visaient à soutenir la transformation de la structure de notre économie par le biais d’une dynamisation du tissu industriel basé sur la valorisation de la production primaire nationale telle que prônée par le PNDES.

Harouna Kaboré a aussi noté la tenue les 19 et 20 avril 2018, du symposium national sur l’industrie au Burkina Faso sur le thème : «Mise en œuvre du PNDES : quelles mesures pour un secteur industriel plus performant au Burkina Faso ? ».

En termes de perspective, le ministre Kaboré a confié que son département s’inscrit dans une dynamique de consolidation des acquis déjà engrangés, d’accélération et d’aboutissement des chantiers entamés.

«Ma conviction est faite que le succès de la mise en œuvre de l’axe 3 du PNDES par mon Département, passe par le développement d’un tissu d’industries manufacturières qui transforment les matières premières locales, créent de la valeur ajoutée, des emplois pour les jeunes et les femmes surtout », a-t-il conclu.

Agence d’information du Burkina

fo/ata

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here