Burkina Faso-Presse-Revue

Noël, justice et visite de Macron au Tchad, au menu des quotidiens burkinabè

Ouagadougou, 24 déc. 2018 (AIB) – Les quotidiens burkinabè de ce lundi, commentent la visite du président français Emmanuel Macron, au Tchad dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, sans oublier le procès du coup d’Etat manqué de septembre 2015 et la célébration de la fête chrétienne de Noël.

«Fête de la nativité : le père Noël, un mythe qui traverse le temps», arbore le quotidien à capitaux publics Sidwaya qui consacre un ‘’spécial’’ à cette fête chrétienne.

Le journal publie un message de l’archevêque de Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo qui dans l’écrit, appelle à un sursaut patriotique.

«A l’occasion de la fête de Noël qui sera célébrée demain 25 décembre 2018, dans le monde entier, le Cardinal Philippe Ouédraogo présente ses vœux de Noël 2018 et du nouvel an 2019 à tous les Burkinabè », rapporte Sidwaya.

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, se pose plutôt une question : «Edition de la nativité : l’enfant du sahel est-il le sauveur ?».

Le même journal relate le cas de couples mixtes constitués de chrétiens et de musulmans dans un article intitulé : «Edition de la nativité : quand l’amour transcende la religion».

Evoquant le procès de putsch manqué de septembre 2015, L’Observateur Paalga raconte que le deuxième jour d’audition du général de brigade Djibrill Bassolé a été marqué, vendredi dernier par sa déposition liminaire à la barre de la chambre de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou.

«Le premier et unique général de gendarmerie du Burkina a cité un communiqué, daté du 28 septembre 2015, du gouvernement de la Transition et qui serait à l’origine de ses malheurs. De plus, il n’a pas nié avoir eu une conversation téléphonique avec Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, mais c’était en vue de trouver une solution à la crise et non de l’exacerber, a-t-il précisé», écrit L’Observateur Paalga.

Selon le confrère, le général Bassolé estime que les écoutes téléphoniques qui le mettent en cause ont été «fabriquées et manipulées à dessein».

C’est à juste titre que Sidwaya reprend les propos de l’inculpé qui affirme que «les écoutes téléphoniques sont manipulées», là où Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, arbore : «Le Gl Bassolé revient sur ses conversations avec Soro».

Le journal cité en second lieu, évoque la visite du président français au Tchad, affichant : «Réveillon du père Noël-Macron avec Barkhane au Tchad : Il faut bien soutenir le maillon fort Déby !».

A son tour, Le Pays, quotidien privé, souligne que c’est en compagnie de sa ministre des Armées, Florence Parly, que le président français, Emmanuel Macron, a foulé le sol tchadien le 22 décembre dernier, pour y célébrer le réveillon avec les militaires français de l’opération Barkhane.

«Deuxième du genre après celle de Niamey, l’année dernière, cette visite du président français à ses troupes basées au Sahel, intervient dans un contexte sécuritaire plus que délétère dans la région, alors que les opérations militaires proprement dites de la force conjointe du G5 Sahel censées mettre les terroristes sous  éteignoir, peinent à démarrer, faute de moyens matériels et financiers», commente Le Pays.

Agence d’information du Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here