Burkina-Maroc-Monde-ONU-Migrations

Marrakech, 9 déc. 2018 (AIB) – La secrétaire générale de la conférence intergouvernementale sur la migration, Louise Arbour a regretté au cours d’une conférence de presse dimanche soir à Marrakech, la réticence de certains Etats membres à approuver le Pacte mondial pour des migrations sûres qui sera signé ce lundi dans la ville Ocre.

Mme Arbour a tout d’abord déploré la publication des «informations erronées» des contenus de ce Pacte, avant de regretter la réticence de plusieurs Etats membres à l’approuver alors que la quasi-totalité de ces pays avait soutenu ce Pacte lors de son approbation par l’Assemblée générale de l’ONU en juillet dernier.

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières est, selon Mme Arbour, «un document fondamental», fruit de 18 mois d’intenses négociations entre les pays, dans le but d’assurer une meilleure gestion de la question migratoire.

La responsable des Nations Unies souligne que le Pacte n’est pas contraignant sur le plan juridique. Elle invite donc les Etats à prendre leur responsabilité pour mieux résoudre le problème des migrations, à une meilleure coopération et à multiplier les initiatives de développement.

Pour Mme Arbour les près de 258 millions de migrants dans le monde envoient près de 15% de leur argent dans leurs pays d’origine soit près de 650 milliards et «il faut donc que les Etats réduisent les frais de transferts» de ces fonds.

Mme Arbour qui est également la représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les migrations internationales, a ajouté que ce Pacte va créer une valeur ajoutée en matière de traitement sur la question migratoire.

Près de 150 Etats, 400 partenaires et plus de 700 médias nationaux et internationaux des quatre coins du monde seront présents à Marrakech pour la signature de ce Pacte.

Agence d’information du Burkina

AS/ak

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here