Burkina-Maroc-Monde-ONU-Migration-Pacte

Marrakech, 10 déc. 2018 (AIB) – Le premier Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté lundi à Marrakech au Maroc avec la participation de 183 pays, a-t-on constaté sur place dans la ville Ocre.

Ce Pacte contient 23 objectifs de coopération, des ambitions communes des responsabilités partagées en matière de migration afin d’aider les Etats à gérer les questions migratoires.

Il ressort clairement dans le document que les Etats doivent «Collecter et utiliser des données précises et ventilées qui serviront à l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits, lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine».

Le document indique entre autres qu’il faut «fournir dans les meilleurs délais des informations exactes à toutes les étapes de la migration et munir tous les migrants d’une preuve d’identité légale et de papiers adéquats».

Commentant le document, le SG de l’ONU Antonio Guterres a fait savoir que contrairement à ce que certaines personnes pensent, les pays développés ont besoin  de migrants pour exécuter certaines tâches comme «s’occuper des personnes âgées», rendant hommage aux 60 000 migrants qui ont péri ces dernières années.

Ce Pacte mondial repose sur les buts et principes consacrés par la charte des Nations-Unies. Il s’appuie également sur la déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civil et politique, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, les autres instruments internationaux fondamentaux relatifs aux droits de l’homme etc.

Selon la présidente de l’Assemblée générale Maria Fernanda Espinosa Garcés, «ce pacte dont les négociations ont été longues et fatigantes, est une orientation, une référence et une réponse mondiale sur la question des migrations».

Depuis l’approbation de ce texte le 13 juillet dernier par tous les pays membres de l’ONU, neuf se sont retirés du processus à savoir l’Autriche, l’Australie, le Chili, la République Tchèque, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie.

Sept pays ont souhaité plus de consultations internes. Ce sont : la Belgique, la Bulgarie, l’Estonie, l’Israël, l’Italie la Slovénie et la Suisse.

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été adopté sous la présidence du ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita et les présences remarquées du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Guterres, de la présidente de l’Assemblée générale, madame Maria Fernanda Espinosa Garcés et de la fondatrice de l’Organisation «Onechild» et représentante de la communauté des migrants madame Cheryl Perera.

Agence d’information du Burkin

AS/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here