Burkina – Politique -Agriculture

Ouagadougou, 06 déc. 2018-(AIB)-  Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a affirmé jeudi, que son gouvernement veut adopter de nouvelles stratégies, en vue de résoudre le problème de plus de 45% de la population burkinabè qui n’arrive pas à couvrir leurs besoins alimentaires.

Selon le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba, plus de 45% de la population n’arrivent pas à couvrir leurs besoins nutritionnels en céréales et l’insécurité alimentaire affecte 19% des ménages dont 1% est criard.

D’après lui, plus de 80% de la population est rurale et son gouvernement doit  développer des nouvelles stratégies  en matière de politique nationale de sécurité alimentaire  pour atteindre l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso.

Thiéba s’exprimait jeudi à Ouagadougou, à l’occasion de l’ouverture des travaux de la 10e session ordinaire de l’Assemblée générale du Conseil national de sécurité alimentaire (AG-CNSA).

Il a expliqué que le pays est affecté par les changements climatiques se traduisant par une pluviométrie instable qui prédispose la nation à des crises alimentaires récurrentes,  à la baisse de la croissance économique….

Le Premier ministre a précisé que la rencontre placée sous le thème «Mise en œuvre de la politique nationale et nutritionnelle : quelle synergie entre acteurs et quelles stratégies de mobilisation des ressources ?», constitue le socle d’une vision de la gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

«Nous devons discuter de la mise en œuvre de la politique nationale de sécurité alimentaire et identifier les mécanismes de financements durables dans un contexte difficile où les ressources financières sont rares du fait de la démultiplication des priorités», a- t-il ajouté.

Paul Kaba Thiéba a souligné que la couverture des besoins alimentaires et nutritionnels et la transformation artisanale et agricole sont au cœur de la stratégie du Plan  national de développement économique et social (PNDES).

Le chef du gouvernement s’est appesanti sur quelques objectifs qui sont, entre autres, l’augmentation durable des disponibilités, l’amélioration de l’accessibilité physique et financière des produits alimentaires, le renforcement  des capacités des acteurs agricoles.

«L’ambition du PNDES est d’atteindre un taux de couverture des besoins céréaliers d’au moins  140%  d’ici à 2020 au Burkina Faso», a-t-il laissé entendre.

De l’avis du président du comité d’organisation de la 10e de l’AG- CNSA, Dr Lamourdia Thombiano,  sa  structure est née de la volonté  politique de l’Etat et de ses partenaires au développement dans le but d’asseoir des bases durables de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au profit  des  populations.

A l’écouter, il constitue un cadre idéal de coordination et de gestion des crises en matière des besoins alimentaires au pays des Hommes intègres.

Il a signalé que des acquis ont été engrangés mais d’énormes défis restent à relever pour assurer une  meilleure  politique agricole  au Burkina Faso.

«Il faut nous engager, nous investir suffisamment pour une mise en œuvre efficace de la Politique nationale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNSAN)  au Burkina Faso», a conclu M.Thombiano.

Agence d’information du Burkina.

 no/kz/ak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here