Burkina-Coopération- Sécurité

Médias et lutte contre le terrorisme : La responsabilité sociale du journaliste, une nécessité

Ouagadougou, 04 déc. 2018 –(AIB) – Le Ministère de la communication et des relations avec le parlement, en collaboration avec l’Unesco, a organisé ce mardi à Ouagadougou, un atelier de renforcement de capacités  des médias pour la lutte contre l’extrémisme violent dans la région du Sahel  en vue de  mettre l’accent sur la responsabilité sociale du journaliste en zone de conflit.

Le Ministère de la communication et des relations avec le parlement, en collaboration avec l’Unesco veut renforcer les capacités des médias dans la lutte contre le terrorisme.

Selon la représentante du ministre de la communication du Burkina Hortense Zida, « cette formation va permettre de dégager de meilleures stratégies pour accompagner les acteurs des médias dans l’exercice de leur métier ». Aussi, a-t-elle ajouté, «  ce sera l’occasion de développer des initiatives sur la collecte et le traitement de l’information à bon escient ».

C’est pourquoi, elle a exhorté les professionnels des médias et les détenteurs de l’information « à travailler mutuellement et à faire prévaloir l’intérêt supérieur des populations et de nos Etats respectifs dans la quête et la divulgation de l’information sur le terrorisme ».

« Si nous avons tenu à engager des professionnels de l’information dans la lutte contre l’extrémisme violent aux côtés des forces de défense et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme, c’est que nous mesurons avec justesse le poids de l’information dans la  guerre psychologique» a-t-elle déclaré Taliane Théodora, représentante de l’Unesco.

Elle a laissé entendre que  trois thématiques seront abordées au cours de la formation. Il s’agit de l’éthique et la déontologie du traitement de l’information ; des aspects sécuritaires des journalistes dans les zones de conflits  et enfin du renforcement des capacités des médias sur les aspects de divulgation des réseaux sociaux.

Cette session qui se tient  du 04 au 06 décembre à Ouagadougou  va regrouper  une trentaine de participants, des experts des médias du Burkina, du Niger et du Sénégal ainsi que des spécialistes de questions liées à la paix et la sécurité dans les situations de conflit et d’extrémisme dans la région du Sahel.

Depuis des années, la bande sahélo-saharienne est devenue un terreau fertile aux activités terroristes qui endeuillent des familles et contraignant de nombreuses populations à une forte mobilité vers des zones stables. Les gouvernements de ces zones de conflits mutualisent leurs efforts afin d’endiguer la montée de cet extrémisme violent.

Agence d’Information du Burkina                                                                                                           

ms / kz /sb/ak

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here