Loroum/Produits forestiers non ligneux: les acteurs prônent la synergie

Titao, (AIB)-L’association Action Citoyenne pour le Développement (ACD) en collaboration avec l’ONG Tree Aid, la coopération Suisse et le ministère de l’Environnement, du Changement climatique et de l’Economie verte, a organisé le vendredi 30 octobre 2018, un atelier de concertation des acteurs de la filière produits forestiers non ligneux (PFNL).

Présidé par le secrétaire général de la province du Loroum, Bassouleymane Ouattara, l’activité a connu la participation des autorités décentralisées et des services techniques.

Venus des quatre communes de la province du Loroum, ils sont des bénéficiaires de jardins nutritifs, des actrices de la transformation et de la commercialisation des produits forestiers non ligneux, des pépiniéristes, des bénéficiaires de sites RNA (Régénérescence Naturelle Assistée) et mise en défens et des représentants des collectivités locales et des services techniques pour prendre part à ce cadre de concertation.

Dans son mot d’ouverture, le secrétaire général de la province, Bassouleymane Ouattara a souligné l’importance des produits forestiers non ligneux dans l’économie locale et nationale.

«Les produits forestiers non ligneux au regard de leur diversité et leur importance au triple plans alimentaire, économique et médicinal contribuent à l’amélioration des conditions de vie des ménages ruraux au Burkina Faso. », a-t-il dit.

Cette importance de la filière nécessite que les acteurs soient formés et mis en synergie pour une meilleure exploitation de ces ressources forestières.

Pour contribuer à la diversification des sources alimentaires, nutritionnelles et des revenus par la promotion et la valorisation des produits forestiers non ligneux tout en préservant le potentiel de production, une suite a été donnée à la phase pilote.

Il s’agit du programme d’appui à la valorisation des produits forestiers non ligneux dont la deuxième phase conduite par l’ONG Tree Aid et des structures de mise en oeuvre operationnelle à la base.

 

La mise en réseau des acteurs est l’attente majeure de cette phase dont l’objectif est de «permettre aux ménages ruraux et semi-urbains y compris les personnes vulnérables, les femmes et les jeunes de renforcer leur sécurité alimentaire », a soutenu Bassouleymane Ouattara.

Ces initiatives soutenues par la Coopération Suisse couvrent les régions Centre-Ouest, du Centre-nord, du Sud-ouest et du Nord.

Au niveau local, l’association ACD est chargée de la mise en œuvre des activités.

Pour Yacouba Ouédraogo, point focal de l’association ACD pour la mise en œuvre du programme, cette 2è phase a permis la réalisation de jardins nutritifs et de pépinières forestières, l’équipement des transformatrices, la négociation foncière pour la réalisation d’une charte foncière.

L’implication des autorités administratives et des collectivités locales vise à donner plus de visibilité aux activités sur le terrain.

Cet atelier de concertation a connu deux communications suivies d’échanges avec les acteurs.

Agence d’information du Burkina

Abdoul Salam Ouarma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here