SAMSUNG CAMERA PICTURES

Burkina Faso- Côte d’Ivoire-Ghana

Des échanges pour une cohabitation pacifique

Les autorités régionales  du Burkina Faso, de la Côte-d’Ivoire et  du Ghana  ont  tenu une rencontre tripartite,  le jeudi  22 novembre 2018 à Gaoua. L’objectif était de se pencher sur les principales préoccupations communes des populations dans le cadre de la coopération transfrontalière.

 

Depuis 2008 la région du Sud-Ouest  du Burkina Faso  entretient  des relations de coopération, d’amitié, de fraternité  et  de collaboration avec la région Upper West du Ghana. Fort de cette relation fructueuse, les deux parties  ont  décidé  de partager cette expérience avec la région de Bounkani, à l’extrémité Nord-Est de la Côte d’Ivoire. Ainsi, un accord tripartite  a été signé entre les trois régions, le 10 mars 2010 à Wa. C’est dans ce cadre que la  présente rencontre  tripartite s’est tenue,  le jeudi 22 novembre 2018  à Gaoua. Elle a regroupé la délégation de la région de Bounkani  de la  Côte d’Ivoire,   la région Upper West  du Ghana    et celle  de la région du Sud-Ouest. Pour  le gouverneur  de la région du Sud-Ouest, Tagsséba Nitiéma, les travaux  de la rencontre ont consisté  à  recenser les défis majeurs pour promouvoir une cohabitation pacifique entre les citoyens des  régions concernées. Il a ajouté que  le Sud-Ouest du  Burkina Faso partage plus 100 Km de frontière avec les régions des deux pays voisins. L’interpénétration entre les populations vivant de part et d’autre des frontières est souvent source de conflits liés à la transhumance, les vols de bétail, les problèmes liés à la santé et  l’orpaillage. En plus de ces problèmes, il y a la question de trafic d’armes, de  stupéfiants avec leur corolaire de banditisme. Au regard  de la situation M. Nitiéma pense qu’il est impératif de sensibiliser les populations sur les enjeux de la coopération, instrument universel  de la collaboration pacifique. A l’issue des travaux, des engagements ont été  pris. Dans le domaine de l’élevage, les parties se sont engagées pour une surveillance épidémiologique transfrontalière et la recherche de stratégies de lutte contre le vol de bétail. En plus il y aura une collaboration entre force de défense et de sécurité pour combattre le trafic des stupéfiants, des armes ainsi que les attaques à mains armées et  le terrorisme. Il a été décidé de sensibiliser les populations à se munir de documents règlementaires pour tout mouvement de bétail. La nécessité de matérialiser les frontières a été aussi évoquée et invite a été faite aux populations riveraines pour leur respect. En outre, la  collaboration entre les services de mines pour suivre les mouvements migratoires des  orpailleurs en vue d’arrêter l’entrée anarchique des produits prohibés tels que le cyanure et les explosifs. Enfin, un renforcement de la mutualisation de informations à été souhaité entre les responsables des trois régions. Les hôtes du gouverneur de la région du  Sud-Ouest ont salué l’ambiance qui régné pendant les travaux. Ainsi, le secrétaire général de la  sous-préfecture de Doropo, représentant le préfet de la région de Bounkani Bossé Zogbré  a exprimé son enthousiasme  au regard du déroulement des entretiens. « C’est avec fierté que la rencontre a été animée par les expertsNous prenons des responsabilités pour la mise en œuvre des recommandations afin que les populations sentent que quelque chose a changé dans les méthodes », a-t-il expliqué. Il a précisé qu’il faut du temps pour travailler à ce que les objectifs recherchés soient  atteints. Le représentant de la délégation ghanéenne, le ministre régional de Upper West, Soulemana  Alassane  a abordé dans le même sens que son homologue de la Côte d’Ivoire. Il a rassuré que de retour dans son pays,  tout sera fait  pour une « collaboration étroite »  avec  les  voisins afin que les objectifs fixés  au cours de cette rencontre tripartites,  soient une  réalité.

Evariste YODA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here